Equipe de France: Ousmane Dembélé, candidat naturel à droite

Ousmane Dembélé à son arrivée au rassemblement de l'équipe de France à Clairefontaine, le 29 mai 2024. (FRANCK FIFE)
Ousmane Dembélé à son arrivée au rassemblement de l'équipe de France à Clairefontaine, le 29 mai 2024. (FRANCK FIFE)

Absent face au Luxembourg mercredi, Ousmane Dembélé devrait retrouver sa place à droite de l'attaque de l'équipe de France contre le Canada, dimanche à Bordeaux, pour le dernier match de préparation des Bleus avant le grand départ pour l'Euro-2024 qu'il débutera sans doute dans la peau d'un titulaire.

Victime d'une rhinopharyngite, le joueur du PSG avait dû déclarer forfait au tout dernier moment pour la venue des Luxembourgeois à Metz (3-0). Si son coéquipier en club Randal Kolo Muani en a profité pour gratter un rôle de titulaire et ouvrir le score, "Dembouz" va logiquement récupérer sa position au sein du onze de Didier Deschamps.

Le sélectionneur va ainsi pouvoir tester en grandeur nature le trio offensif Thuram-Mbappé-Dembélé qui aura a priori la lourde charge de démarrer le Championnat d'Europe face à l'Autriche, le 17 juin à Düsseldorf.

Si l'ancien Barcelonais (27 ans), recruté l'été dernier par Paris pour 50 millions d'euros, a un temps été menacé par Kingsley Coman, la lésion musculaire qui a perturbé ces dernières semaines le Bavarois laisse le champ libre à Dembélé, sans réelle concurrence sérieuse sur l'aile droite pour entamer le tournoi continental.

Même si Kolo Muani semble plus à l'aise sous le maillot bleu qu'avec la tunique du PSG avec laquelle il a connu une première saison très compliquée, l'ex-attaquant de Francfort ne peut pas rivaliser avec Dembélé dont les qualités uniques de déstabilisateur en font un élément rare sur le plan international.

- Plus rigoureux -

Dribbleur hors-pair, aussi à l'aise avec le pied droit que le gauche et surtout doté d'une vitesse supersonique, l'ailier formé à Rennes n'a pas beaucoup d'équivalent sur la planète football.

"C’est le joueur qui déséquilibre le plus au monde, dit de lui Luis Enrique, l'entraîneur du PSG. Il joue pour fixer, créer la supériorité. C’est un spectacle permanent. C'est un joueur différent, singulier. Il demande toujours le ballon, il n'a jamais peur de faire les choses, accepte les critiques. C'est une chance d'avoir un joueur comme lui."

Deschamps garde lui en souvenir l'abattage de son joueur lors du Mondial-2022 au Qatar où il avait dû se sacrifier pour le collectif en fournissant un gros travail défensif à droite, quitte à brider ses élans offensifs. Un précédent qui plaide en faveur de Dembélé aux yeux du sélectionneur, soucieux de l'équilibre de sa formation.

Souvent sujet à des blessures avant son arrivée à Paris, l'attaquant a aussi mis de l'ordre dans son environnement pour en finir avec sa réputation de dilettante, à l'hygiène de vie douteuse. Même si on l'a vu dans une vidéo croquer dans une pizza au moment de la causerie du coach après France-Luxembourg, Dembélé est devenu plus rigoureux au niveau de sa préparation et a été quasiment épargné par les pépins physiques cette saison.

Seul bémol et non des moindres pour un joueur de sa trempe: son énorme déchet dans le dernier geste. Le Parisien parvient à faire des différences incroyables mais présente des statistiques faméliques. En 42 rencontres disputées avec le PSG, toutes compétitions confondues, Dembélé n'a marqué qu'à 6 reprises, adressant 14 passes décisives. En équipe de France, il est bloqué à 5 réalisations en 43 capes.

"Evidemment que pouvoir associer une meilleure efficacité mettrait encore plus en valeur ce qu'il fait de bien. C'est là qu'il a certainement une marge de progression", avait lancé le sélectionneur en début de saison. Un discours qui reste toujours d'actualité concernant ce joueur imprévisible, au profil et à la personnalité très atypiques.

kn/cpb/