Emmanuel Macron a-t-il vraiment baissé les impôts, comme l’affirme Élisabeth Borne ?

“On veut continuer à baisser les impôts, en étant évidemment attentif au pouvoir d’achat des classes moyennes”, a soutenu Elisabeth Borne, ce mercredi 23 août au micro de France Bleu. Démentant les rumeurs selon lesquelles le gouvernement songerait à augmenter les impôts des Français pour redresser les finances publiques, la Première ministre a notamment rappelé que l’exécutif avait déjà “supprimé la taxe d’habitation dans le précédent quinquennat et la redevance télé au début de ce quinquennat”. Pourtant, le niveau des prélèvements obligatoires n’a jamais été aussi élevé en France.

C’est ce que souligne le site Fipeco dans une fiche consacrée à l’évolution des impôts et cotisations sociales prélevées par les administrations publiques depuis 1990. Si les prélèvements obligatoires ont d’abord diminué au début du premier quinquennat d’Emmanuel Macron, notamment entre 2017 et 2019, ils sont repartis à la hausse depuis 2020. Jusqu’à atteindre un niveau record en 2022, représentant 45,4% du produit intérieur brut (PIB).

C’est 1,5 point de plus que le taux de prélèvements obligatoires relevé par l’Insee en 2012, lorsque François Hollande avait succédé à Nicolas Sarkozy à la présidence de la République. Nicolas Sarkozy dont le quinquennat avait coïncidé avec une hausse conséquente des impôts et cotisations sociales. Selon l’institut de statistiques, si les prélèvements obligatoires ont atteint un niveau record en 2022, leur hausse a quand même été “modérée” par les mesures nouvelles, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite