Emeutes en Nouvelle-Calédonie : Pourquoi TikTok est désormais interdit dans l’archipel

fini de jouer - L’accès au réseau social est restreint sur décision du gouvernement depuis mardi

Alors que la Nouvelle-Calédonie est en proie à une vague de violences depuis plusieurs jours, le Premier ministre Gabriel Attal a annoncé mercredi l’interdiction du réseau social TikTok.

Le média, propriété de la société chinoise ByteDance, est un des vecteurs de communication préférés des groupes qui commettent des violences depuis trois nuits en Nouvelle-Calédonie.

Une décision « sans précédent »

Cette interdiction « est en vigueur » et « fonctionne opérationnellement » sur les téléphones portables dans l’archipel, a précisé Matignon mercredi soir. « C’est l’office des postes et des télécommunications de Nouvelle-Calédonie (établissement public du gouvernement de Nouvelle-Calédonie) qui intervient depuis hier pour bloquer les accès à l’application TikTok », a-t-on ajouté.

Sur le réseau X, le juriste Nicolas Hervieu qui enseigne à Sciences-Po et à l’université d’Evry, a estimé qu’il s’agissait d’une décision « sans précédent » et jugé que sa légalité était « discutable » bien que liée à l’état d’urgence, proclamé plus tôt dans la journée par le gouvernement.

Soupçons d’ingérences étrangères

Cette mesure d’interdiction intervient également sur fond de crainte d’ingérences et de désinformation sur les réseaux sociaux. Le tout venant de pays étrangers, comme la Chine ou l’Az(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Nouvelle-Calédonie : Mais c’est quoi cette histoire « d’ingérence extrêmement néfaste » de l’Azerbaïdjan ?
Nouvelle-Calédonie : Qui était le gendarme tué ?
Nouvelle-Calédonie : Pourquoi des manifestations violentes secouent l’archipel