Droits TV : la gestion d’un timing de plus en plus tendu

Ce samedi lors du collège de Ligue 1 dédié au dossier des droits TV, les équipes de LFP Médias ont donné aux présidents toutes les informations précises sur le partenariat possible avec WarnerBros. L’idée c’est donc que la chaîne 100% L1 de la LFP intègre l’offre Premium de la plateforme Max, détenu par WarnerBros Discovery.

L’abonnement global pour le consommateur serait de 27,99€ pour accéder à l’ensemble des contenus de Max dont la chaine avec tous les matchs de Ligue 1. Il n’y aurait aucune exclusivité de distribution puisque la chaine de la Ligue serait aussi distribuée le plus largement possible sur toutes les autres box notamment. En cas de deal avec Warner Bros, les revenus pour la Ligue seraient générés via un partage sur les abonnements avec le géant américain.

Aucun minimum garanti n’est prévu, ce qui inquiète plusieurs présidents. Ce partenariat permettrait en revanche une belle exposition du produit Ligue 1 adossé à l’une des offres de contenus les plus puissantes du marché. L’objectif de la Ligue est d’attirer entre 2,7 et 3 millions d’abonnés sur les 5 prochaines années.

Des présidents partants, d’autres plus réticents

La plupart des présidents de clubs emmenée notamment par Joseph Oughourlian (Lens) et Laurent Prudhomme (Lyon) semble malgré tout convaincue que l’avenir du foot français sur le long terme passe par la création de cette chaine et seraient partants pour la lancer. D’autres sont plus réticents. Parmi eux Jean-Pierre Rivère, qui semble vouloir freiner l’emballement de la LFP sur cette chaine. Lors des dernières réunions, il s’est montré assez critique sur la manière de faire au sein de la Ligue. Il n’a notamment pas compris comment la Ligue a pu leur présenter cette surprise WarnerBros lors du dernier CA sans en avoir eu connaissance avant. L’explication réside dans l’exigence de confidentialité imposée par les patrons de Warner. C’est donc notamment lui qui a réclamé du temps pour que les présidents se positionnent.

Il y a ensuite ceux qui connaissent de grosses difficultés financières notamment Nantes et Montpellier. La préoccupation première de Waldemar Kita et Laurent Nicollin reste le paiement des salaires dans les prochains mois et donc les solutions pour toucher de l’argent à court terme sur les échéances habituelles d’août et octobre.

Une ligne de crédit de 200 millions pour les clubs en difficulté

Selon nos informations, lors du collège de Ligue 1 de ce samedi, Sébastien Cazali le directeur financier de la LFP a proposé une ligne de crédit de 200 millions d’euros dans laquelle les clubs les plus en difficultés pourraient piocher pour boucler leur budget. De l’argent qu’ils devront naturellement rembourser ultérieurement.

Et puis il y a Nasser Al-Khelaifi qui s’est montré très réticent sur le projet de chaîne de la Ligue. "Une mauvaise idée" selon lui. Plusieurs présidents se sont étonnés de la réaction du dirigeant qatari alors que BeIn, dont il est le grand patron, ne souhaite pas formuler d’offre pour le moment. Certains présidents estiment qu’une offre des qataris pourrait finir par arriver. Mais rien n’est moins sûr.

De son côté, CVC, qui selon nos informations ne croit plus vraiment à une offre de BeIn, pousse à fond pour lancer la chaine 100% Ligue 1 le plus vite possible. C’est le cas aussi de Benjamin Morel, le directeur général de LFP Médias, aux manettes avec l’ensemble de ses équipes pour le lancement opérationnel. Il estime que le timing est désormais très court pour être prêt pour la 1ère journée le week-end du 17 août et espère une validation du CA très rapidement.

L’offre de DAZN pas privilégiée

Enfin, l’option DAZN peine à convaincre les présidents de clubs. La situation financière de la maison mère, fortement endettée, ne les rassure pas. Même si Vincent Labrune leur suggère de n’exclure aucune offre, celle de DAZN ne semble clairement pas privilégiée. Le traumatisme MediaPro est encore vivace dans l’esprit de beaucoup de présidents.

Soucieux que les dirigeants de clubs soient maîtres de leur destin et pleinement souverains de leur décision, Vincent Labrune fait donc en sorte de gagner un peu de temps avec toutes les parties. Les présidents ont convenu de se donner un petit délai supplémentaire de réflexion.

Un nouveau collège de L1 doit se tenir en début de semaine. Les dirigeants de WarnerBros auraient accepté de décaler leur dead-line de quelques jours. Mais une source proche du collège de L1 ose décrire la situation comme d’un "embarras national".

Article original publié sur RMC Sport