Dissolution de l’Assemblée nationale : Mais par quel trou de souris Macron espère-t-il bien pouvoir passer ?

et si, et si, et si... - Après la défaite aux européennes, le chef de l’Etat a décidé d’organiser de nouvelles législatives dès la fin du mois de juin

Un drôle de lapin sorti du chapeau. Emmanuel Macron a surpris toute la France (y compris les siens) dimanche soir. Après la gifle reçue aux européennes, le chef de l’Etat a dissous l’Assemblée nationale et annoncé des élections législatives anticipées, les 30 et 7 juillet prochains. « J’ai confiance en la capacité du peuple français à faire le choix le plus juste pour lui-même et pour les générations futures », a-t-il écrit lundi sur X.

Habitué des coups tactiques, le président de la République a peut-être un plan en tête pour obtenir une majorité. Mais par quel trou de souris imagine-t-il sortir victorieux ?

En surprenant ses adversaires

Chez les macronistes, on veut voir dans cette annonce une reprise en main des événements. « Ça n’aurait jamais tenu comme ça un an. Le président avait le choix de laisser les choses en déliquescence et de laisser le RN prospérer, ou de reprendre la main face au choc. C’est ce qu’il a choisi, ne pas céder sous la pression et en revenir au peuple », veut croire François Patriat, le patron des sénateurs Renaissance.

Il suffisait de voir le flottement des cadres du Rassemblement national dimanche soir à leur QG pour comprendre que la dissolution (pourtant réclamée par le parti) n’était pas vraiment envisagée en interne. En prenant (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Dissolution de l’Assemblée nationale : Quelles réactions à l’annonce d’Emmanuel Macron ?
Dissolution de l’Assemblée nationale : Emmanuel Macron « veut tendre un piège au RN »