Publicité

Cyclisme: coup de force de Mathieu van der Poel, qui remporte l'E3 en solitaire

Le Néerlandais Mathieu van der Poel de l'équipe Alpecin-Deceuninck lors de sa victoire dans le GP E3 à Harelbeke, le 22 mars 2024 (JASPER JACOBS)
Le Néerlandais Mathieu van der Poel de l'équipe Alpecin-Deceuninck lors de sa victoire dans le GP E3 à Harelbeke, le 22 mars 2024 (JASPER JACOBS)

En démonstration, Mathieu van der Poel a dominé Wout Van Aert et ses autres adversaires lors de l'E3 autour de Harelbeke (Belgique) vendredi, s'affirmant comme le favori du Tour des Flandres à la fin du mois.

Du vent, de la pluie, des pavés, des routes étroites et sinueuses, et surtout un duel entre Van der Poel et Van Aert: ça y est, la saison des courses flandriennes est bien lancée.

Le champion du monde a frappé le premier dans cette course longue de 207 kilomètres aux 17 monts considérée comme une répétition générale du Tour des Flandres (31 mars), apothéose de la "quinzaine sainte" du cyclisme.

Très offensif, le Néerlandais a multiplié les attaques jusqu'à lâcher le Belge, son grand rival sur les routes ou sur la terre et le sable du cyclo-cross, ce depuis l'adolescence. Van der Poel a terminé avec une minute et 31 secondes d'avance devant le Belge Jasper Stuyven, qui a finalement rattrapé Van Aert et l'a devancé, sans même que ce dernier ne sprinte pour la deuxième place, battu et abattu après une longue poursuite vaine.

Deux fois vainqueur du Tour des Flandres (2020, 2022), Mathieu van der Poel inscrit pour la première fois son nom au palmarès de l'E3 après avoir terminé deuxième l'an dernier et troisième en 2021. Il prive aussi Van Aert d'une troisième victoire consécutive sur ces routes, et offre une nouvelle victoire à l'équipe Alpecin, après celle de Jasper Philipsen mercredi lors de Bruges-La Panne, qui donnait le départ des Flandriennes.

- Quatre attaques pour une victoire -

Très tôt, le coureur d'Alpecin a démontré sa supériorité en attaquant dès le Taienberg (700 mètres à 6,3% de moyenne), premier mont pavé du jour, lâchant, déjà, les autres favoris.

Le petit-fils de Raymond Poulidor s'est laissé reprendre, avant d'allumer une deuxième mèche à 66 kilomètres de l'arrivée, puis une troisième sur les pavés du Stationberg (700 m, 3,2%).

C'est finalement dans le célèbre Paterberg (400 m, 12,9% de moyenne, 20,3% maximum) que Van der Poel a porté l'estocade finale, tandis que Van Aert chutait après avoir glissé sur le bas-côté.

Le Néerlandais de 29 ans a fendu, seul, la foule du Vieux Quaremont (2.200 m, 4% de moyenne, 11,6% maximum), quittant ses pavés avec trente secondes d'avance devant Van Aert, sorti du groupe des poursuivants pour se lancer dans un effort solitaire.

On a même pu penser que certains des efforts de Van der Poel étaient inconsidérés, mais comme à son habitude, il a couru à l'instinct. "Je ne fais jamais de plan avant les courses, j'essaie juste d'anticiper ce qu'il va se passer, a-t-il commenté après la course. Tu peux faire cent plans, mais si tu n'es pas en position, tu ne peux pas attaquer."

"WVA" a d'abord fait illusion, parvenant à revenir à onze secondes de "MVDP", avant de craquer, finissant finalement loin derrière lui.

Malgré sa préparation différente, axée sur des stages en altitude aux dépens des courses de cyclo-cross, le Belge de 29 ans a une nouvelle fois été battu par Van der Poel, comme souvent lors de leurs dernières confrontations.

Mais ces deux-là n'ont pas fini de se livrer ce duel passionnant, dont le prochain épisode devrait avoir lieu sur les routes du Tour des Flandres.

rbo/fby/bvo