Crowdfunding, immobilier fractionné : les raisons de profiter de ces alternatives aux SCPI

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ont-elles toujours la cote ? Les baisses récentes des prix de souscription chez 21 d'entre elles nourrissent les inquiétudes des épargnants. Pour certains d'entre eux, le pari des SCPI devient même trop risqué : après la remontée des taux de crédit, la valeur des biens sur lesquels les sociétés de gestion ont investi risque de se dévaloriser. Toutefois, il reste possible d'investir dans la pierre en choisissant soi-même les actifs sur lesquels on souhaite miser, tout en engageant moins de fonds : via une plateforme de crowdfunding immobilier ou d'immobilier fractionné… qui plus est avec un rendement supérieur.

Première alternative, le crowdfunding immobilier. Le principe est simple : au lieu d'investir dans un éventail de biens par l'intermédiaire d'une société de gestion, vous financez, comme une banque, une opération immobilière (construction, rénovation). Vous recevez tout au long de l'opération (parfois in fine, soit au terme de la durée convenue de l’opération) des intérêts en échange de ce prêt, et vous retrouvez votre capital à la fin. Des opérateurs immobiliers (promoteurs, maîtres d'ouvrage…) qui ne parviennent plus financer leurs travaux auprès des banques peuvent ainsi trouver une alternative, dans un contexte où l'accès au crédit se durcit.

A la clef de ce «financement participatif» appliqué à l'immobilier, trois avantages. D'abord, vous êtes entièrement libre de choisir les projets que vous souhaitez financer, au (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le PER, le meilleur moyen de réduire votre impôt en épargnant pour votre retraite
Le PER, le meilleur moyen de réduire votre impôt en épargnant pour votre retraite
APA, PCH, garde d’enfant : très mauvaise nouvelle pour les bénéficiaires du crédit d’impôt
APA, PCH, garde d’enfant : très mauvaise nouvelle pour les bénéficiaires du crédit d’impôt
Succession : ils acceptent l’héritage mais se retrouvent avec une dette de plus de 360 000 euros