Publicité

Cannes 2023 : le cas Victor Erice ou les affres du sélectionneur

Lors de la traditionnelle annonce de la sélection cannoise, généralement à la mi-avril, d’aucuns interrogeaient systématiquement le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux sur l’absence de tel ou tel pays en compétition. Une année, c’était un journaliste italien qui s’indignait, la suivante la presse russe, encore la suivante le correspondant japonais. Cette session de questions/réponses n’existe plus, à notre grand regret, tant elle permettait de crever l’abcès en amont du festival. Cette année, le pays martyr est l’Espagne, cinématographie absente de la course de la Palme d’or alors que le Marché du film fait un focus particulier sur la production ibérique.

Un candidat figurait pourtant dans toutes les listes des pronostiqueurs cannois, Victor Erice avec « Cerrar los ojos ». Il faut dire que le film cochait toutes les cases, marquant le grand retour d’un grand maître du cinéma européen, qui n’avait plus tourné de long métrage depuis 1992 et « Le Songe de la lumière ». Victor Erice était revenu sur la Croisette dans l’intervalle, membre du jury de Tim Burton en 2010 et grand fervent de la Palme d’or de cette année-là, « Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures » du Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul. « Cerrar los ojos » était bien retenu en sélection officielle mais dans la section Cannes Première, aux contours toujours un peu flou.

À lire aussi La folie « The Idol » à Cannes, symbole d’un festival à deux vitesses

Des enjeux ...


Lire la suite sur ParisMatch