« Au bout du rouleau », des parents racontent leur burn-out parental

Entre 5 % et 8 % des parents seraient touchés par un burn-out parental en France.  - Credit:Rafael Ben Ari/Newscom/SIPA / SIPA / Rafael Ben Ari/Newscom/SIPA
Entre 5 % et 8 % des parents seraient touchés par un burn-out parental en France. - Credit:Rafael Ben Ari/Newscom/SIPA / SIPA / Rafael Ben Ari/Newscom/SIPA

L'été s'installe doucement, et Morgane, 42 ans, ne peut chasser les souvenirs amers des premières vacances passées avec son compagnon et ses beaux enfants. « C'était il y a dix ans, souffle-t-elle. Je me revois encore marcher sur la plage, la veille du retour. En pleurs. »

Une semaine. Une semaine a suffi à la faire craquer. Pour cette étape, « importante dans la relation avec son conjoint », Morgane veut bien faire. Elle s'adapte au quotidien de la famille pour s'intégrer à cette nouvelle vie. Peut-être un peu trop. « Je préparais trois plats différents par repas, décrit-elle. Mon conjoint et moi ne mangions pas la même chose que ma belle-fille, qui elle-même ne mangeait pas comme mon beau-fils. »

Résultat : elle finit « épuisée ». « Je me suis dit : plus jamais je ne revis ça, je n'ai pas signé pour ça », se souvient-elle. À la fin du séjour, j'avais l'impression d'être passée dans une machine à laver en cycle à 90 degrés pendant trois heures. Bref, c'étaient les pires vacances de toute ma vie. »

À LIRE AUSSI Les enfants « TOP », nouveau nom des petits tyrans ? Cette « purge », comme elle la qualifie, était annonciatrice d'un épuisement physique et psychologique. L'arrivée de sa fille n'a fait qu'accentuer le phénomène. Jonglant avec les tâches domestiques, les temps de transports et l'éducation des enfants, elle décrit une « surcharge mentale ».

Peut-être traversait-elle un « burn-out parental », analyse-t-elle aujourd'hui. Théorisé par Isabelle Roskam et M [...] Lire la suite