Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure : « On savait que ça arriverait »… Les agents sous le choc et remontés

Malaise - Partout en France, plusieurs centaines de surveillants pénitentiaires ont participé ce mercredi à une journée « prison morte ». Une façon de rendre hommage à leurs collègues décédés mardi dans l’attaque du fourgon dans l’Eure, mais aussi d’alerter

A 11 heures pile ce mercredi, ils se sont tus. Cette minute de silence, les agents pénitentiaires de toute la France l’ont dédiée à leurs collègues violemment attaqués la veille en Normandie. Deux ont perdu la vie et trois autres ont été gravement blessés lors de l’attaque du fourgon de Mohamed Amra, depuis en fuite et activement recherché.

« Forcément, on s’identifie. Beaucoup se disent que ça aurait pu être eux », résume auprès de 20 Minutes Laurent Leroy, délégué de la CGT Pénitentiaire dans le Grand-Est. Il évoque les trois principaux sentiments qui animent aujourd’hui sa profession : « le choc, la tristesse et la colère évidemment. »

Car beaucoup le disent : ce drame était « malheureusement prévisible ». « On savait que ça arriverait un jour ou l’autre car on manque de sécurité », confirme David Leonardi, encarté au Syndicat pénitentiaire des surveillants (Sps) et en poste à Strasbourg. « Dans les établissements, on se sent un peu protégés, mais pas sur la voie publique. Il y a beaucoup plus de risques », appuie le secrétaire national FO-Justice Emmanuel Baudin.

Avec ses confrères des autres syndicats, il devait être reçu en début d’(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure : L’intrigant profil de Mohamed Amra, alias « la mouche », qui s’est évadé
Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure : Retour sur un guet-apens mortel pour libérer un détenu
Attaque d’un fourgon pénitentiaire dans l’Eure EN DIRECT : Mohamed Amra désormais recherché par Interpol…