Athlétisme: le "rêve olympique" de Mayer compromis, cuisse blessée

Le décathlonien français Kévin Mayer se blesse lors d'un 110 m haies à la réunion de Paris, le 7 juillet 2024 (Geoffroy VAN DER HASSELT)
Le décathlonien français Kévin Mayer se blesse lors d'un 110 m haies à la réunion de Paris, le 7 juillet 2024 (Geoffroy VAN DER HASSELT)

"Tout sera tenté" mais rien n'est certain. Après sa chute au meeting de Paris dimanche, Kevin Mayer, pilier des Bleus de l'athlé, souffre d'une "lésion importante" à une cuisse et sa participation au décathlon aux JO dans moins d'un mois est compromise.

Décidément, rien ne se passe comme espéré pour le double champion du monde et double vice-champion olympique. Après avoir arraché de justesse sa qualification pour les JO en réalisant les minima à trois semaines de la date butoir, c'est une nouvelle blessure qui compromet fortement ses chances de décrocher l'or olympique - et même de concourir ? - devant son public.

Dimanche au meeting de Paris, Mayer était tombé en plein 110 m haies et s'était effondré à plat ventre sur la piste du stade Charléty en hurlant de détresse. De quoi éveiller en un instant l'inquiétude, si proche de la grand-messe olympique.

"Il a senti que ça avait pété à l'ischio gauche", avait expliqué son frère Thomas dans la soirée. L'IRM passée lundi matin l'a confirmé : Mayer souffre d'une "lésion importante au niveau de l'ischio-jambier gauche", a indiqué lundi l'entourage de l'athlète de 32 ans.

Les soins ont déjà débuté et "tout sera tenté pour être au départ du décathlon olympique le 2 août", est-il ajouté. Mais "d'ici là, des mesures régulières seront effectuées pour décider s'il est réaliste ou non de poursuivre son rêve olympique".

"Kevin et son équipe mettent tout en œuvre pour organiser les soins le plus rapidement et le plus efficacement possible", écrit encore son entourage.

- "Haies problématiques" -

Pilier de l'athlétisme français et rare chance de titre olympique pour les Bleus sur la piste violette du Stade de France, Mayer espère participer à Paris à ses quatrièmes Jeux olympiques.

Le décathlon est programmé les 2 et 3 août, aux deux premiers jours des épreuves d'athlétisme à Saint-Denis.

Mais rien que pour valider sa qualification, la route a été sinueuse pour le détenteur du record du monde (9.126 points en 2018) : il a réalisé in extremis les minima mi-juin aux Championnats d'Europe à Rome, terminant son premier décathlon depuis juillet 2022 et son deuxième titre mondial à Eugene (Etats-Unis).

Il avait auparavant renoncé deux fois. A Brisbane (Australie) en décembre, il n'avait finalement pas participé au décathlon qu'il avait prévu de disputer pour se qualifier, déjà gêné à l'ischio-jambier gauche et pas en mesure de s'aligner sur le 110 m haies.

"Ce sont les haies qui ont été problématiques cette année et ça se confirme", expliquait dimanche soir Thomas Mayer.

Après l'Australie, Mayer avait tenté sa chance à San Diego, en Californie, mais avait abandonné au cours de la quatrième épreuve, le saut en hauteur.

C'est à Rome mi-juin, grâce à une invitation de dernière minute de la Fédération européenne d'athlétisme, que le décathlonien avait pu réussir les minima, de justesse (8.476 points contre 8.460 exigés).

"Je sais le plaisir que c'est d'aller aux JO, mais je ne sais pas encore le plaisir que c'est d'être dans le Stade de France, se projetait-il. C'est mon rêve."

vg/es/cyj