Affaire Polanski : Le réalisateur poursuivi pour diffamation a été relaxé

jugement - Le cinéaste controversé était jugé pour diffamation après avoir qualifié de « mensonge odieux » les accusations d’agression sexuelle lancées contre lui par Charlotte Lewis

Accusé de diffamation par l’actrice Charlotte Lewis, le cinéaste Roman Polanski a été relaxé ce mardi par le tribunal judiciaire de Paris, où il a été jugé en mars dernier.

Le réalisateur, âgé de 90 ans, avait qualifié d'« odieux mensonges » les accusations d’agression sexuelle lancées par l’actrice britannique à son encontre.

L’affaire remonte à 2010 lors du festival de Cannes, au cours duquel Charlotte Lewis avait fait ces révélations. Elle avait indiqué avoir été agressée à Paris en 1983 alors qu’elle n’avait que 16 ans. Les faits s’étaient déroulés lors d’un casting organisé au domicile du réalisateur, avait-elle précisé à l’époque.

Neuf ans plus tard, Roman Polanski avait réagi dans une interview accordée à Paris Match. « La première qualité d’un bon menteur, c’est une excellente mémoire. On mentionne toujours Charlotte Lewis dans la liste de mes accusatrices sans jamais relever ses contradictions », avait-il appuyé.

Liberté d’expression

Les juges n’avaient pas à déterminer si Roman Polanski a violé ou non l’actrice mais seulement s’il a fait, ou non, un usage abusif de sa liberté d’expression.

Pour illustrer les « contradictions » de la plaignante, les avocats de Roman Polanski avaient exhumé lo(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Roman Polanski se prend les pieds dans le tapis de « The Palace »
César 2024 : « Deux mains dégueulasses sur mes seins de quinze ans »… Le discours coup de poing de Judith Godrèche
Roman Polanski : Son dernier film projeté à la Mostra, « provocation » ou « liberté » ?