Accusations d’antisémitisme : Sandrine Rousseau à la rescousse de LFI

Aux yeux de Sandrine Rousseau, ici en décembre 2023 lors d'un meeting à Paris, il n'y a pas d'« antisémitisme structurel » chez LFI.  - Credit:Isa Harsin - Sipa
Aux yeux de Sandrine Rousseau, ici en décembre 2023 lors d'un meeting à Paris, il n'y a pas d'« antisémitisme structurel » chez LFI. - Credit:Isa Harsin - Sipa

Circulez, il n'y a rien à voir… Au lendemain d'une manifestation devant l'hôtel de ville de Paris en soutien à la jeune fille violée à Courbevoie, où elle a été fraîchement accueillie, Sandrine Rousseau a démenti qu'il y aurait un problème avec l'antisémitisme au sein de La France insoumise, avec qui elle s'est de nouveau alliée au sein du Nouveau Front populaire, la Nupes 2.0. Pour rappel, la victime, une jeune fille juive de 12 ans, a assuré aux policiers qu'elle avait été traitée de « sale juive », selon le récit lors de son calvaire.

« J'ai failli être virée de cette manifestation. On m'a accusée d'être responsable du viol de cette enfant, vous imaginez, vu mes combats, ce que c'est ? » s'est insurgée l'écoféministe, au micro de France Info, ce jeudi 20 juin. En cause, donc, l'alliance renouvelée entre Les Écologistes et le parti de Jean-Luc Mélenchon, malgré de nombreuses polémiques visant sa formation et lui-même depuis les attaques terroristes du 7 octobre en Israël.

Il n’y a pas d’antisémitisme structurel ou politique au Nouveau Front Populaire.
Je n’aurais jamais fait alliance sinon.
Que cela soit dit. #NouveauFrontPopulaire pic.twitter.com/kKJzHuhZop

— Sandrine Rousseau (@sandrousseau) June 20, 2024

« Il n'y a pas d'antisémitisme structurel »

De fausses accusations, aux yeux de la députée de Paris, bien décidée à conserver son siège lors des législatives anticipées qui se profilent. Si Sandrine Rousseau a reconnu une « erreur » de Jean-Luc [...] Lire la suite