Le sport à l’épreuve du coronavirus sur le continent asiatique

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus en décembre dernier, plusieurs épreuves sportives prévues en Chine ont été annulées ou reportées. Les Jeux olympiques 2020 qui auront lieu à Tokyo du 24 juillet au 9 août, suivis des Jeux paralympiques du 25 août au 6 septembre seront-ils affectés ? 

À moins de six mois de l’ouverture des Jeux de Tokyo au Japon, le président du comité d'organisation, Yoshiro Mori, a une nouvelle fois souligné, ce jeudi 13 février, qu'il n'envisageait pas de « reporter ou d'annuler les Jeux » en raison de l'épidémie de coronavirus. Yoshiro Mori a fustigé des « rumeurs irresponsables » lors d'une réunion avec de hauts responsables du Comité international olympique (CIO).

« L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise d’empêcher l’épidémie d’arriver au Japon. Le gouvernement japonais s’y attelle déjà, indique Yasuhiro Yamashita, président du Comité olympique japonais, dans les colonnes du Monde. […] C’est une menace mondiale, le gouvernement japonais la prend très au sérieux. » La légende du judo japonais indique aussi que la question de l’annulation des Jeux n’a pour le moment jamais été évoquée. « Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour ne pas en arriver là. »

Lors de la réunion avec des membres du CIO, la gouverneure de Tokyo, Yuriko Koike, a promis de mettre en œuvre des « mesures rigoureuses » pour protéger la population contre le coronavirus à l'approche des Jeux. Le Japon n'a connu aucun décès liés à l'épidémie, mais compte 28 cas sur son sol, dont quatre dans un état grave à l'hôpital.

Pas de Grand Prix de Formule 1 à Shanghaï

Cette pneumonie virale, désormais appelée Covid-19, partie de Wuhan dans la province chinoise du Hubei, a déjà provoqué le report d'une série d'événements sportifs en Chine, dont des compétitions de qualification olympique. Un casse-tête dans le processus de sélection des athlètes qui seront présents à Tokyo.

En attendant, la liste des compétitions reportées ou annulées ne cesse de s’allonger. Mercredi, le Grand Prix de Formule 1 de Shanghaï, plus grand événement sportif touché à ce jour en Chine, prévu mi-avril, a été reporté et pourrait finalement ne pas avoir lieu. Une décision prise par les promoteurs de l’épreuve.

En football, le Championnat chinois, qui devait démarrer le 22 février, est mis entre parenthèses. Les rencontres de Ligue des champions d'Asie - la principale compétition continentale -  impliquant des équipes chinoises, ont été reportées à début avril, à l'exception de celles jouées par le Beijing Guoan, dont l'effectif s'est installé en Corée du Sud.

Des annulations d'épeuves sportives à la pelle

Tous les sports sont touchés et les exemples sont très nombreux. En cyclisme, le Tour du Hainan, programmé du 23 février au 1er mars sur l'île chinoise de Hainan, ne sera pas organisé, sur décision de l’Union cycliste internationale.

En badminton, le Masters de Chine, tournoi prévu du 25 février au 1er mars à Lingshui, toujours sur l'île de Hainan, a été reporté sine die après le retrait de plusieurs joueurs. Les sportifs chinois sont eux-mêmes dans une situation délicate. Les 8 et 9 février derniers, la délégation chinoise de badminton s'est vu refuser l'accès à la Coupe d'Asie aux Philippines.

Les Mondiaux d’athlétisme en salle, prévus à Nankin du 13 au 15 mars, ont été repoussés à 2021. En lutte, le tournoi de qualification pour Tokyo concernant le continent asiatique n'aura pas lieu à Xi'an, dans le centre de la Chine fin mars. La nouvelle ville-hôte n'a pas encore été déterminée.

Le 20 janvier dernier, plusieurs pays d’Asie - la Thaïlande, la Corée du Sud ou encore le Japon - signalaient des cas de coronavirus sur leurs territoires. D'autres annulations d'épreuves sportives sur le continent asiatique sont donc à prévoir dans les prochaines semaines.