Sport à l'école: Blanquer répond à Evan Fournier et lui tend la main

·4 min de lecture
Jean-Michel Blanquer dit vouloir rencontrer des sportifs et responsables de fédération (Photo: Stephane Mahe via Reuters)
Jean-Michel Blanquer dit vouloir rencontrer des sportifs et responsables de fédération (Photo: Stephane Mahe via Reuters)

SPORTS - Interrogé par Le Journal du Dimanche dans son édition du 22 août, le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a répondu au basketteur Evan Fournier, et plus précisément à sa tribune publiée sur Le HuffPost lundi 16 août dernier.

Le basketteur français, qui joue pour l’équipe des Knicks de New York, et qui a ramené une médaille d’argent aux JO de Tokyo cet été avec l’équipe de France, y avait taclé Jean-Michel Blanquer, après que ce dernier a estimé sur Twitter début août que “le succès de nos équipes de France” aux Jeux Olympiques “illustre la qualité de l’enseignement de ces sports à l’école”.

Une remarque qui lui avait valu plusieurs moqueries et remises en place de sportifs professionnels français de haut niveau. Ils avaient répondu sur Twitter au ministre en estimant que les “moyens à l’école” manquaient et qu’ils avaient pu construire leurs carrières et performances sportives grâce aux associations sportives, fédérations et autres clubs.

C’est précisément ce qu’avait développé Evan Fournier dans son texte paru sur LeHuffPost :

Aucun de mes coéquipiers ne peut aujourd’hui remercier l’Éducation nationale pour lui avoir permis de jouer au basket. Comme le volley ou le handball, si ces sports collectifs sont parfois pratiqués, ce n’est non pas pour inciter les jeunes à faire du sport, mais par simple commodité. Nous comprenons tous qu’un gymnase permet en effet de pratiquer plusieurs activités et de diversifier les programmes. Mais il permet surtout de combler le manque de budget alloué au sport, et propose, par défaut, certaines activités aux élèves.

Le basketteur allait même plus loin, en évoquant l’idée de “réformer le système français” en proposant un “accès plus important à la culture et au sport” :

Monsieur le ministre, je me permets de vous interpeller aujourd’hui, en ma qualité de sportif de haut niveau, mais aussi en tant que fils de professeur d’EPS et de sportifs de haut niveau, et je pense qu’il est de mon devoir de vous tendre la main pour améliorer la considération et l’accès au sport dans nos écoles. Si les compétitions UNSS et le système de sport étude sont un premier pas vers l’accès au sport, cela ne suffit pas. Ne nous y trompons pas, la place du sport à l’école est dérisoire. Et le travail de nos enseignants et éducateurs, bien que formidable, se doit d’être associé à celui des clubs amateurs et de ses bénévoles sans qui le sport français n’existerait pas.

Monsieur le ministre, Paris accueillera les Jeux olympiques en 2024. Si beaucoup y voient une occasion de faire rayonner la France et sa capitale à travers le monde, ne serait-ce pas plutôt une formidable opportunité pour réformer le système français en proposant un accès plus important à la culture et au sport? À l’image de nombre de nos voisins, pourquoi ne pas offrir aux jeunes de réelles plages horaires dédiées au sport dans leur emploi du temps?

“Culture sportive pas suffisamment forte en France”

Ce dimanche, Jean-Michel Blanquer estime que, loin d’être une critique, la tribune d’Evan Fournier est une “main tendue” qui rencontre celle du ministre. En effet, le texte du basketteur “converge” selon lui avec les projets du moment dans l’Education nationale. “Grâce à l’élan des Jeux olympiques, on va franchir une nouvelle étape en faveur du sport à l’école. C’est ce que nous avons commencé à faire en déployant le Pass’Sport, en créant le label Génération 2024, les 30 minutes d’activité physique quotidienne, en adaptant certaines spécialités du baccalauréat professionnel aux métiers du sport, en multipliant les sections sportives…”, énumère Jean-Michel Blanquer dans le JDD.

Le ministre déclare également dans l’hebdomadaire dominical que le sujet est “un bon débat qui va permettre d’avancer, car la culture sportive n’est pas suffisamment forte en France”, tout en tenant à souligner que “certains sportifs ont trouvé leur vocation à l’école, comme l’a rappelé Martin Fourcade par exemple”.

Pour autant, Jean-Michel Blanquer n’avance dans le JDD aucune piste concrète pour “réformer le système français” et modifier par exemple les emplois du temps pour laisser davantage de place au sport, comme l’y invitait Evan Fournier. Mais le ministre annonce aussi son souhait de “rencontrer bientôt des sportifs” et des “responsables de fédérations ” pour parler du sujet, dont “Evan Fournier s’il le souhaite et peut”. Pour le moment, le basketteur n’a pas répondu à cette invitation à notre connaissance.

À voir également sur Le HuffPost: Jeux Paralympiques 2021: Cette athlète afghane appelle à l'aide pour participer à la compétition

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles