Spiritualité et tensions familiales : les mystères de la disparition d'Aurélie Vaquier à Bédarieux

·1 min de lecture

Deux mois après la disparition d'Aurélie Vaquier, à Bédarieux (Hérault), l'enquête patine. Et tandis que les battues se succèdent tous les week-ends, des zones d'ombres révèlent des dissensions entre les proches.

Voilà deux mois quasiment jour pour jour qu'elle n'a plus donné signe de vie. Le jeudi 28 janvier 2021, il est 10 heures lorsque Samire, qui partage la vie d'Aurélie Vaquier depuis l'été dernier, quitte l'appartement. L'homme file dans l'Ain récupérer ses enfants pour les vacances d'hiver et pour y régler quelques affaires. A cette heure-là, la trentenaire est encore au lit, mais elle lui avait déjà parlé de son envie de s'isoler quelques jours pour reprendre l'écriture de son deuxième livre. " Elle m’a dit qu’elle en avait marre, qu’elle voulait partir écrire. Elle avait aussi parlé à un ami de faire une retraite, je me suis dit : “Je vais la laisser tranquille” ", explique Samire* au journal Midi Libre le 16 mars 2021.Ces derniers temps, pas facile de se concentrer dans les parages. Leur appartement est en travaux, et leur projet de restaurant vegan, mis à mal par un contexte sanitaire encore instable. Mais lorsque Samire rentre à Bédarieux le 6 février dernier, toujours pas d'Aurélie à l'horizon. La porte est soigneusement fermée à clé, et le chat, nourri. Samire tente de la joindre à nouveau mais son téléphone sonne dans le vide. Après avoir fait le tour de l'appartement, Samire s'aperçoit qu'elle s'est envolée avec sa valise, quelques affaires, sa...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République