Une spirale d'étoiles dans le Petit nuage de Magellan

Repérée dans les données du télescope spatial Hubble, cette rivière d'étoiles offre un moyen d'explorer la formation de ces astres dans le jeune Univers.

Le Petit nuage de Magellan (SMC) est une galaxie naine située à 200.000 années-lumière de la Terre. Elle est étroitement liée à une autre, plus grosse et plus proche : le Grand Nuage de Magellan. Les deux structures sont observées de longue date dans l'hémisphère Sud mais c'est l'expédition de Magellan, autour de la Terre entre 1519 et 1521, qui les fit rentrer dans les annales astronomiques. Le Petit nuage de Magellan a une composition chimique plus simple que la Voie lactée, ce qui le rend similaire aux galaxies trouvées dans l'Univers plus jeune, lorsque les éléments lourds étaient rares.

Comprendre la formation des étoiles de l'Univers primitif

En observant le SMC, les astronomes peuvent donc comprendre comment les premières générations d'étoiles se sont formées dans le jeune Univers, lorsqu'il était âgé de seulement 2 à 3 milliards d'années, contre 13,8 actuellement. De précédentes études ont déjà montré que les étoiles du Petit nuage étaient plus grosses et plus chaudes que celles de la Voie lactée mais aussi que leur existence était plus brève. Ces étoiles naissent dans des pouponnières dont une toute particulière a été identifiée, en combinant les données du télescope spatial Hubble et du Très grand télescope de l'ESO, sur Terre.

Baptisée NGC 346, ce berceau stellaire a un diamètre de 150 années-lumière et la masse d'environ 50.000 Soleils. Les astronomes ont déterminé le mouvement des étoiles dans NGC 346 de deux manières différentes. À l'aide de Hubble, ils ont pu suivre leur déplacement sur 11 années. Dans cette région spécifique, elles se meuvent à une vitesse moyenne de 3200 kilomètres par heure, ce qui signifie qu'en 11 ans elles ont parcouru 320 millions de kilomètres. C'est environ le double de la distance entre la Terre et le Soleil. Ce qui peut apparaître comme une grande distance est en fait très difficile à cerner concernant cet amas lointain ; il n'y a que Hubble qui était à même de le faire, du moins avant l'arrivée du James Webb.

NGC 346 Crédit : NASA, ESA, A. James (STScI)
NGC 346 Crédit : NASA, ESA, A. James (STScI)

La spirale[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi