"Spider-Man: No Way Home" réalise le troisième meilleur démarrage de l'histoire en Amérique du Nord

·3 min de lecture
Tom Holland dans
Tom Holland dans

876450610001_6286902905001

Spider-Man: No Way Home, dernier opus des aventures de l'homme-araignée, a réalisé la troisième meilleure sortie de l'histoire en Amérique du Nord avec des recettes de 253 millions de dollars sur son week-end premier week-end d'exploitation, selon les estimations provisoires du cabinet spécialisé Exhibitor Relations publiées dimanche.

Très attendu par Hollywood et une industrie du cinéma laissée exsangue par la pandémie de Covid-19, le dernier film de la saga n'est dépassé que par Avengers: Endgame (357 millions de dollars en un week-end) et Avengers: Infinity War (258 millions dans le même laps de temps) dans les annales des meilleurs démarrages aux États-Unis et au Canada, selon le site spécialisé Box Office Mojo. C'est beaucoup plus que les prévisions des spécialistes, qui tablaient sur 150 millions de dollars. C'est aussi la meilleure sortie jamais réalisée par les studios Sony, selon le site Deadline.

Tom Holland, coqueluche du jeune public

Spider-Man: No Way Home est le troisième film où le très populaire homme-araignée est incarné par l'acteur britannique Tom Holland. Les épisodes précédents, où le costume rouge et bleu était endossé par Tobey Maguire puis Andrew Garfield, avaient eux aussi pris le box-office d'assaut.

L'histoire reprend là où l'avait laissée Far From Home en 2019, avec un Spider-Man dont l'identité réelle, Peter Parker, est publiquement révélée par l'antagoniste Mysterio. Dans ce troiisème épisode, le lycéen tente désespérément de replonger dans l'anonymat avec l'aide d'un autre personnage Marvel, Doctor Strange, campé par le non moins populaire Benedict Cumberbatch.

Le Covid, ennemi du box-office

Avec ces recettes record, le super-héros signe le plus grand succès pour un film depuis la sortie du dernier épisode de Star Wars en décembre 2019. C'était avant le coronavirus et aucun film n'a dépassé depuis lors la barre des 100 millions pour sa sortie.

Mais si les cinémas américains se sont un peu redressés cette année, malgré fermetures de salles et restrictions, l'industrie du cinéma a encore beaucoup à faire pour se remettre, surtout avec la montée en puissance du variant Omicron. Et si 2021 est partie pour engranger deux fois plus de recettes que l'an dernier, les films de l'année n'ont pas tous connu la réussite.

876450610001_6285745913001

Les films visant les spectateurs plus âgés, comme le remake de West Side Story par Steven Spielberg sorti le week-end dernier, ont souvent fait des flops. Ce Roméo et Juliette new-yorkais a engrangé 3,4 millions de dollars ce week-end en reprenant les codes, la musique et l'histoire portés sur les planches pour la première fois à Broadway en 1957, réalisant moins de 18 millions de dollars de recettes en deux semaines.

Même les super-héros Marvel, dont les derniers films dépassaient allègrement le milliard de dollars d'entrées, ont marqué le pas. Les Eternels, qui ne le resteront pas dans les annales de la critique, n'ont ainsi récolté que 70 millions de dollars pour leur premier week-end en salles, une piètre performance pour cette filiale de Disney.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles