Spacia, le nouvel outil de la Côte d'Ivoire pour lutter contre la corruption

L’État ivoirien a officiellement lancé il y a une semaine une plateforme pour dénoncer les actes de corruption dans l’administration publique. Elle s’appelle Spacia, pour Système de surveillance et de prévention et de détection des actes de corruption et infractions assimilées.

Désormais, avec Spacia, les citoyens ivoiriens peuvent dénoncer un acte de corruption de l’administration publique, en allant sur la plateforme en ligne, en appelant un numéro vert : le 1345 ou en envoyant un courrier à un bureau des plaintes. Le signalement est ensuite analysé puis validé ou non par un comité de juristes.

Si l’histoire est crédible, l’autorité compétente doit s’en saisir pour prendre des sanctions envers le fonctionnaire fautif, et cela peut prendre plusieurs semaines. La plateforme a été mise en place par le ministère ivoirien de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption créé en 2021. L’État ivoirien dit prôner la tolérance zéro en matière de corruption et a fait de cette lutte l’une des priorités du 3e mandat du président Alassane Ouattara.

Yoro Bi Ta Raymond, président de la commission Gouvernance au sein de la Convention de la société civile ivoirienne, émet quelques réserves quant aux modalités de la démarche. Il aurait souhaité qu’il y ait davantage de garde-fou au sein de cette plateforme.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles