SpaceX signe un accord avec la Nasa pour éviter des collisions dans l'espace

Rémy Decourt, Journaliste
·2 min de lecture

Dans un communiqué de presse, la Nasa annonce avoir signé avec SpaceX un accord pour éviter les risques de collision en orbite entre ses satellites et ceux de la constellation Starlink. Concrètement, les deux parties s’engagent à partager des informations sur la position de leurs satellites afin qu’ils évitent d’entrer en collision ou qu’ils génèrent d’inutiles manœuvres d’évitement. Cet accord concerne également les lancements multiples que commercialise SpaceX et qui sont aussi un sujet d’inquiétude pour les autres utilisateurs de l’espace.

Starlink est une constellation de très petits satellites construits, lancés et exploités par SpaceX à environ 550 kilomètres. La société d’Elon Musk a pour objectif d’avoir environ 1.500 satellites en orbite d’ici la fin de l’année 2021. Actuellement, un peu plus d'un millier sont déjà en poste. À terme, la constellation devrait compter jusqu’à 12.000 satellites en service, voire 42.000. Ce nombre très élevé de satellites s’explique par la faible altitude de la constellation Starlink qui souhaite connecter au haut-débit la totalité de la planète. Initialement, elle devait se situer beaucoup plus haut, mais cela faisait peser un risque pour la sécurité des opérations spatiales. Il a été décidé de la cantonner entre 350 et 500 kilomètres, au moins pour la première génération de satellites Starlink.

Les 60 premiers satellites de la constellation Starlink. Ils sont ici vus sur leur distributeur, quelques instants avant qu'ils soient libérés dans l'espace. © SpaceX
Les 60 premiers satellites de la constellation Starlink. Ils sont ici vus sur leur distributeur, quelques instants avant qu'ils soient libérés dans l'espace. © SpaceX

Limiter les risques en orbite avec les satellites Starlink

Forcément, une constellation plus basse nécessite un nombre plus important de satellites. Cela dit, à cette altitude les risques de pollution sont bien moins élevés. En effet, en cas de panne, ils retombent assez rapidement sur Terre en se consumant dans l’atmosphère en respectant la règle des 25 ans. En cas de collision entre deux satellites, la pollution générée serait moins pérenne car les débris eux aussi...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura