SpaceX : Elon Musk propose de poser les astronautes d'Artemis III sur la Lune avant 2024

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Des astronautes sur la Lune avant 2024 ? C'est l'exploit que souhaite réaliser Elon Musk. Le milliardaire à la tête de Space X a indiqué dans un tweet laconique que le module d'atterrisseur lunaire (HLS, pour Human Landing System), actuellement en cours de construction, serait probablement prêt avant 2024. Musk répondait alors à l'interrogation du compte Everything Artemis (@artemis360_moon), lui demandant si le HLS serait opérationnel pour la mission Artemis III.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Starship HLS, un nouveau type d'atterrisseur

Malgré les incessantes tractations de Blue Origin et Dynetics pour ravir le contrat d'atterrisseur lunaire à Space X, l'entreprise d'Elon Musk reste le choix numéro un de l'agence spatiale américaine. Le Government Accountability Office (GAO), chargée du contrôle des comptes publics de l'État américain, avait annoncé le 30 juillet rejeter les offres conjointes de Blue Origin et Dynetics. En parallèle, la Nasa avait versé un paiement de 300 millions de dollars à Space X dans le cadre du contrat de construction du HLS.

Concept-art de l'atterrisseur lunaire Starship HLS. © Space X
Concept-art de l'atterrisseur lunaire Starship HLS. © Space X

Le Starship HLS est un projet inédit et ambitieux. La structure du vaisseau se base sur celle des Starship, mais l'atterrisseur diffère légèrement des autres lanceurs destinés à revenir sur Terre : il ne possède ni bouclier thermique ni rabats permettant de manœuvrer l'appareil. Après son lancement, le HLS stationnera sur la Lune et servira à acheminer les astronautes depuis le vaisseau Orion vers la surface lunaire lors des différentes missions Artemis.

Représentation du vaisseau Orion, dont le module de service est construit par l'ESA. © ESA, Nasa
Représentation du vaisseau Orion, dont le module de service est construit par l'ESA. © ESA, Nasa

Les retards s'accumulent

Si la Nasa n'a pas modifié la date...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles