SpaceX a 20 ans : comment tout a commencé ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Tel un Percival Lowell des temps modernes, Elon Musk est un véritable passionné de la planète Mars. Si bien que, dès le début des années 2000, le jeune multimillionaire d'à peine 30 ans souhaite se lancer dans l'aérospatial. Initialement, l'objectif de Musk était de construire une base scientifique sur la Planète rouge avec le projet Mars Oasis. Mais les coûts d'un tel dessein le forcent à s'orienter vers les vols spatiaux, et le 6 mai 2002 est officiellement créée l'entreprise SpaceX. Si la nouvelle firme a du mal à décoller, elle connaîtra un essor fulgurant au cours des années 2010, durant lesquelles les ingénieurs de SpaceX réussiront à mettre au point des lanceurs réutilisables, les Falcons. Musk, nouvelle coqueluche de la conquête spatiale, devient alors mondialement reconnu. Mais si SpaceX vise loin, en étant mandaté par la Nasa pour concevoir l'atterrisseur lunaire du programme Artemis, l'hégémonie de la compagnie se voit contestée par des contrecoups ainsi que par l'arrivée d'autres sociétés privées comme Blue Origin sur le marché de l'aérospatial.

La Falcon 9, emblématique lanceur de SpaceX, dont le premier vol a eu lieu en 2010. © SpaceX
La Falcon 9, emblématique lanceur de SpaceX, dont le premier vol a eu lieu en 2010. © SpaceX

La grandeur des « petits » débuts

Lorsque Musk lance SpaceX en 2002, l'entrepreneur n'a « que » 200 millions de dollars en poche, à la suite de la vente de deux de ses compagnies, PayPal et Zip2. Dans un premier temps, le futur milliardaire visite la Russie pour obtenir des structures de missiles balistiques intercontinentaux soviétiques (Intercontinental ballistic missile, ICBM), sans réel succès. Entre 2005 et 2008, SpaceX se consacre à l'élaboration de la fusée Falcon 1. Ce premier modèle volera à trois reprises : une fois en 2006 et deux fois en 2008, chaque lancement aboutissant à un échec. Malgré cela, la Nasa sauve la jeune compagnie de la faillite, injectant près de 300 millions de dollars dans le cadre du programme Commercial Orbital Transportation Service (l'acronyme COTS signifiant en français, « service de...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles