Space X : Mars ou crève

Libération.fr
Falcon 9 de Space X, avant son explosion en 2015 à Cape Canaveral.

L'écrivain américain Norman Spinrad revient sur le lancement de la voiture Tesla en orbite martienne par Space X. Le milliardaire Elon Musk rapproche l'horizon d'une éventuelle colonisation de la Planète Rouge.

La quantité stratosphérique de choses ayant été écrites et dites à propos du lancement de la voiture Tesla par Space X (cette dernière est en chemin vers son orbite martienne avec à son bord une combinaison spatiale vide et la bande-son continue de David Bowie) masque peut-être l’essentiel de toute cette affaire.

Space X s’en va sur Mars ! Musk a récemment déclaré qu’autour de 2030 et peut-être plus tôt Space X acheminerait des humains sur Mars. De toute évidence, il a un plan détaillé pour mener à bien son projet. La moitié du matériel nécessaire est déjà opérationnelle, le reste est en cours de développement au sein de Space X et même d’autres sociétés.

Musk a commencé par déclarer que la fusée gros-porteur de Space X poserait la voiture Tesla sur Mars. La Nasa s’y est opposée, objectant que cette affaire pourrait contaminer Mars avec des organismes terriens. Qu’à cela ne tienne, Musk a répliqué qu’il placerait la Tesla en orbite martienne autour du Soleil mais à distance respectueuse de la planète. Et ça n’est pas non plus ce qu’il a fait. Au lieu de ça, il a lancé la voiture Tesla dans une orbite de transfert Hohmann.

Orbite expérimentale

Toutes ces déclarations constituent-elles un écran de fumée pour masquer ce que Musk planifie depuis le début ? De toute évidence, l’orbite de transfert Hohmann représente l’étape intermédiaire la plus adéquate pour la mise en œuvre d’une mission humaine vers Mars. Et la Terre et Mars effectuent une orbite à peu près circulaire autour du Soleil, celle de Mars à une distance de 58 millions de kilomètres. L’orbite expérimentale de la Tesla est elliptique ; la voiture va bien au-delà de l’orbite martienne puis revient en cercle vers l’orbite terrestre et cela indéfiniment (peut-être même pendant des millions (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Enfin stabilisée au pouvoir, Merkel vient à Paris parler d’Europe avec Macron
La Bourse de Paris termine en hausse
Wall Street partagée entre indicateurs et incertitudes politiques
Taxation des géants du numérique: toujours pas de consensus international
Les faillites d’entreprises ont de nouveau reculé l’an dernier