Les soutiens de Philippe Laurent, candidat à l'AMF : "Refonder la démocratie en réhabilitant le fait communal"

·1 min de lecture

Philippe Laurent, le maire de Sceaux (Hauts-de-Seine) et actuel secrétaire général de l'Association des maires de France (AMF), brigue la présidence de l'organisation d'élus locaux. En concurrence avec David Lisnard, le maire LR de Cannes (Alpes-Maritimes) soutenu par le président sortant de l'AMF François Baroin, l'élu francilien propose de faire de l'AMF un "outil" de "rassemblement" et "non de confrontation". "Il est urgent de remettre le maire au centre du 'village France'", assurent ses soutiens qui signent une tribune publiée par le JDD. Voici leur texte :

Refonder la démocratie en réhabilitant le "fait communal"

Vérité parfois oubliée, le maire est un héritage de la Révolution française. C'est en effet l'Assemblée constituante qui, en 1789, crée les municipalités et désigne les communes nouvellement instaurées comme la première division administrative du pays. Prenons-en toute la mesure : depuis que la République existe, la commune représente donc la cellule démocratique première, au plus près de la vie des citoyens.

A cet égard, le maire constitue, plus que tout autre échelon de responsabilité, un pilier de notre édifice républicain et de sa résilience. A ceux qui ne le mesuraient qu'imparfaitement, la gestion de la crise sanitaire aura permis de le rappeler de la plus éclairante manière. Qui peut contester que, sans l'agilité et l'intelligence du terrain, incarnées au premier chef par les maires, sans le concours décisif de ces derniers, l'Etat, ultra-centralisé et q...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles