Le soutien-gorge pourrait être nocif pour les seins

Le Nouvel Observateur
Soutien-gorge
Soutien-gorge

Le soutien-gorge permet de soulager les femmes ? Ce serait en réalité le contraire. C’est ce que démontre une expérience menée pendant une quinzaine d'années au CHU de Besançon par le professeur Jean-Denis Rouillon, relevée par France Info.

Le professeur a mesuré les seins de 130 jeunes femmes au pied à coulisse et à la réglette. Pour lui, l’arrêt du soutien-gorge ne les fait pas tomber, mais se redresser. "Nos premiers résultats valident l'hypothèse que le soutien-gorge est un faux besoin, explique-t-il. Médicalement, physiologiquement, anatomiquement, le sein ne tire pas bénéfice d'être privé de la pesanteur. Au contraire, les tissus de soutien ne vont pas se développer mais s’étioler."

Moins mal au dos

Toutefois, Jean-Denis Rouillon reste prudent : "Nous sommes dans des résultats préliminaires, sur un groupe qui n’est pas représentatif de la population générale. Ce serait donc dangereux d’arrêter de conseiller aux femmes de porter des soutien-gorges."

Une jeune femme qui ne porte plus de soutien-gorge depuis deux ans interviewée par la radio explique que la démarche n’a que des avantages. “On respire mieux, on se tient plus droite, on a moins de douleurs au niveau du dos”. Mais si le soutien-gorge disparaît, que pourront brûler les féministes ?

A.S - Le Nouvel Observateur



Retrouvez cet article sur Le Nouvel Observateur

Le soutien-gorge pourrait être nocif pour les seins
INDE. Ils inventent le soutien-gorge électrique "anti-viol"
Non, courir sans soutif n’est pas mauvais pour les seins