"Nous soutenons Nadia Geerts, militante féministe et laïque"

·1 min de lecture

Djemila Benhabib, politologue, écrivaine et porte-parole du Collectif Laïcité Yallah, Benjamin Beeckmans, président du Centre communautaire laïc juif et Véronique De Keyser, présidente du Centre d’action laïque, défendent Nadia Geerts, chroniqueuse de "Marianne", victime de harcèlement pour avoir exprimé son soutien à Samuel Paty et défendu la laïcité scolaire.

Nos trois associations offrent leur total soutien à Nadia Geerts, professeure de philosophie à la haute école Bruxelles-Brabant (HE2B) et militante féministe et laïque bien connue, qui fait l’objet d’une campagne de haine, de diffamation et de menaces sur les réseaux sociaux en raison de ses positions en faveur de la neutralité dans l’enseignement obligatoire et de sa réaction à la suite de l’assassinat de Samuel Paty, le 16 octobre 2020, à Conflans-Sainte-Honorine.En effet, nous sommes extrêmement préoccupés par ce climat de haine et de violence qui cible, particulièrement, des militantes et militants laïques et féministes qui défendent des principes humanistes et universalistes sans que cela ne suscite, outre mesure, une réaction ferme des autorités publiques et des partis politiques. D’autant plus que nous savons où peut mener cette haine, dans notre pays, depuis les attentats terroristes islamistes contre le musée juif de Belgique (2014), l’aéroport de Zaventem, la station de métro Maelbeek (2016).Protéger les écoles des dérivesTaire, aujourd’hui, cette violence dirigée contre Nadia Geerts, enseignante,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Rentrée scolaire : 22 établissements scolaires fermés en raison de cas de Covid-19, annonce Jean-Michel Blanquer

Rentrée obligatoire le 22 juin : la reculade de Jean-Michel Blanquer sur les précautions sanitaires

Rentrée obligatoire le 22 juin : "On ne pourra pas accueillir tous les élèves"

Ecoles : une distanciation "d'un mètre latéral" entre élèves à partir du 22 juin

Mercredi 22 avril : Collègues et hiérarchie sont persuadés que l'enseignement virtuel est incompatible avec la poursuite du programme