Les souris de laboratoire sont mal nourries et cela a de graves conséquences sur les résultats scientifiques

·1 min de lecture

On estime que 110 millions de souris de laboratoire sont sacrifiées chaque année pour la science aux États-Unis. Mais ces pauvres animaux de laboratoire ne se contentent pas de subir des expériences parfois douloureuses et cruelles : ils sont aussi nourris n’importe comment, fait remarquer le site de Science. Et ce n’est pas anecdotique, car les variations dans l’alimentation peuvent fausser notoirement les résultats des expériences scientifiques, s’indigne Michael Pellizzon, un nutritionniste chez un fabricant d’aliments pour animaux qui a publié une étude sur le sujet en 2020.

« Par exemple, les régimes à base de céréales pour rongeurs contiennent souvent des quantités non spécifiées de composés hormonaux appelés phytoestrogènes. Ceux-ci peuvent affecter l'apparition de la puberté chez les rongeurs et leur risque de développer un cancer, ce qui peut dénaturer les impacts d'un médicament, d'une toxine ou d'un nutriment à l'étude », avance-t-il.

Les variations dans l'alimentation des animaux de laboratoire peuvent fausser les résultats des expériences scientifiques. © Gorodenkoff, Adobe Stock
Les variations dans l'alimentation des animaux de laboratoire peuvent fausser les résultats des expériences scientifiques. © Gorodenkoff, Adobe Stock

Un régime standard vieux de 30 ans

La plupart du temps, les souris de laboratoire sont nourries avec un type de granulés standard nommé AIN-93 et mis au point dans les années 1990. Mais, on a découvert depuis que ces ingrédients raffinés et faciles à digérer pouvaient entraîner diverses anomalies chez les souris comme une accumulation de graisse, une perte de bactéries intestinales et une réduction de la taille des intestins. Il faudrait donc réviser la formulation de ces granulés, mais il sera difficile de trouver un consensus scientifique, prévient Science.

D’autre part, de nombreux chercheurs nourrissent encore les souris avec des aliments moins coûteux, comme du maïs haché, du bœuf séché, du porc ou du poisson. « Les quantités d'ingrédients spécifiques (comme la teneur en cuivre) sont rarement divulguées et peuvent changer d'un lot à l'autre, ce qui rend difficile la...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles