Le “sourire” du Soleil, signe d’une menace pour les télécommunications sur Terre ?

CAPTURE D’ÉCRAN TWITTER/@NASASun

“Le Bibendum Chamallow de Ghostbusters, “un Soleil à tête de Teletubb[y]” ou encore “une citrouille-lanterne de Halloween” : depuis plusieurs jours, les réseaux sociaux s’amusent de la publication d’une image du Soleil à la surface duquel se dessine ce qui ressemble à un sourire.

Dévoilé par la Nasa le 26 octobre [dans la nuit du 26 au 27 octobre, heure française], le cliché montre trois taches sombres à la surface de l’étoile, formant un visage amusé. Pour bon nombre d’internautes, ce phénomène est un signe que des aurores boréales seront bientôt observées sur Terre. “Mais cela pourrait aussi être un signe annonciateur de difficultés pour les systèmes de télécommunications terrestres”, tempère The Washington Post. Car le Soleil est “le plus gros réacteur nucléaire de notre système solaire”, rappelle Brian Keating, professeur de physique à l’université de Californie.

Ces taches sont appelées des “trous coronaux” et correspondent à des zones où la température est légèrement moins élevée que sur le reste de la surface du Soleil. Ce dernier “affiche normalement une température d’environ 10 000 degrés Fahrenheit [plus de 5 500 °C]”, comme le rappelle The Washington Post. Le fait qu’elles apparaissent en noir sur l’image de la Nasa est dû au fait qu’elles sont vues à la lumière ultraviolette.

Brian Keating avertit de la potentielle dangerosité de l’événement : les deux “yeux” du Soleil sont en réalité comme “des lasers qui envoient des particules pouvant provoquer de graves perturbations dans l’atmosphère terrestre”, c’est-à-dire des vents solaires.

“Les conséquences pourraient être terribles”

Lorsque ces particules de matière solaire, dotées d’une charge électrique, atteignent la Terre en petite quantité, elles peuvent provoquer des aurores boréales plus prononcées. Mais lorsqu’elles sont en nombre plus élevé, le champ magnétique de notre planète n’est plus en mesure de les absorber. Elles sont donc susceptibles d’être interceptées par les antennes radio et de perturber nos réseaux de communication. “Une importante tempête solaire pourrait même endommager nos réseaux électriques et provoquer des coupures de courant”, prévient le professeur de physique.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :