La Soupe aux choux (France 3) : Les débuts difficiles entre Louis de Funès et Jacques Villeret

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

L’idée du fils…

C’est Patrick, le fils de Louis de Funès, qui découvre, en 1980, le roman de René Fallet, sorti chez Denoël. Ce livre raconte les tribulations éthyliques et gustatives de Claude Ratinier, alias Le Glaude, et de Francis Chérasse, dit Le Bombé, deux paysans septuagénaires retirés dans l’Allier. En plein concours de pets, ils reçoivent la visite d’un extraterrestre… Amusé, Patrick en parle à son père, qui adore ce conte rural… pour le moins atypique.

Le diktat des assurances

Louis de Funès, victime de problèmes cardiaques depuis 1974, frôle l’infarctus à chaque scène, et au fil des cinq semaines de tournage, ses traits sont de plus en plus tirés. Un cauchemar pour les assureurs, qui ont imposé par contrat à l’acteur, 67 ans, des conditions de travail spécifiques : interdiction de tourner entre 21 heures et 6 heures du matin, et repos d’une demi-heure entre chaque scène. Ils obligent même Francis Girault à poser ses caméras en Seine-et-Marne, près de Champeaux, et non à Jaligny-sur-Besbre, bourgade de l’Allier du roman. Motif : situé non loin d’un héliport et à 70 km de Paris, ce lieu permet de transporter l’acteur en hélicoptère dans un grand hôpital parisien en moins d’une demi-heure.

À lire également

Oscar (France 2) Commen... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles