"La soupe à la grimace" : Harry et Meghan Markle n'auront pas le droit au "meilleur accueil"

·1 min de lecture

L'annonce de la mort du prince Philip, ce vendredi 9 avril, à l'âge de 99 ans, a bouleversé le monde entier. Figure incontournable de l'histoire, le duc d'Édimbourg a partagé la vie de la souveraine pendant huit décennies. Le prince Philip, très apprécié Outre-Manche, était proche de ses petits-enfants. D'ailleurs, la princesse Eugénie et Zara Tindall ont rendu hommage à leur grand-père, et ce, même avant sa disparition. Cependant, ces derniers mois, il entretenait, comme le reste de la monarchie, des relations plus conflictuelles avec le prince Harry. Une question brûle les lèvres de tous les aficionados de la famille royale. Harry et Meghan Markle seront-ils présents lors des obsèques du "roc" de la Souveraine Elizabeth II ?

Le défunt prince n'aura pas de funérailles nationales et la cérémonie, qui se déroulera à la Chapelle Saint-Georges, se fera dans la plus stricte intimité. "Le prince disait : 'no fuss', 'pas de chichi', il ne voulait pas de funérailles nationales", a déclaré Stéphane Bern au micro d'Europe 1, ce samedi 10 avril, avant de s'attarder un peu plus sur la présence du prince Harry, lors de ce jour de deuil. "Harry va sans doute tout faire pour rentrer, c'est ce qu'il a déclaré", a ajouté l'animateur tout en restant plus sceptique concernant celle de Meghan Markle : "Meghan, qui attend une petite fille, attend l'avis de ses médecins pour savoir si elle rentre." Pour lui, leur retour pourrait être synonyme de "soupe à la grimace dans la chapelle Saint-Georges de (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Prince Philip : quand il évoquait la « pire chose qui pourrait lui arriver »
Mort du Prince Philip : Elizabeth II était à ses côtés lorsqu’il a rendu son dernier souffle
Mort du prince Philip : l’hommage de la princesse Eugénie et Zara Tindall avant son décès
PHOTOS - Angelina Jolie, Kanye West, Meghan Markle... ils ont brisé le tabou des troubles mentaux
Mort du prince Philip : le cruel dilemme d’Elizabeth II pour les funérailles