Soupçons de féminicide en Dordogne: l'autopsie révèle des "violences régulières" sur à la victime

(photo d'illustration) - Denis Charlet
(photo d'illustration) - Denis Charlet

Depuis ce mardi, un homme de 71 ans est mis en examen et placé en détention provisoire pour "meurtre sur conjoint". Le corps sans vie de son épouse, une femme de 64 ans, a été découvert au matin de Noël à leur domicile de Saint-Pierre-d'Eyraud, en Dordogne.

D'après les résultats de l'autopsie communiqués ce mercredi par le parquet de Périgueux, la sexagénaire était victime de violences répétées de la part d'un tiers. Deux questions se posent alors: l'auteur des coups était-il son mari? Ces violences ont-elles dégradé l'état de santé de la victime au point d'entraîner sa mort, le 25 décembre dernier?

"Violences régulières"

"Le rapport d’autopsie confirme la présence de multiples lésions traumatiques, notamment des fractures multiples des côtes (...) qui apparaissent en lien avec des violences régulières infligées par un tiers", indique la procureure de la République de Périgueux, Solène Belaouar.

Et d'ajouter: "Le décès de la victime n’apparaît pas directement lié à un coup en particulier, mais est en lien avec une asphyxie survenue dans le contexte d’un état de santé très dégradé et fragilisé par les multiples lésions présentées. Le lien de causalité entre ces lésions et le décès de la victime sera dès lors au cœur des investigations menées dans le cadre de l’information judiciaire qui débute."

Condamné pour viol sur l'un de ses enfants

Le procureure de la République de Périgueux nous précise n'avoir trace "d’aucune plainte ou main courante antérieure concernant ce couple". Le casier judiciaire du suspect de 71 ans n'est toutefois pas vierge: en 1995, il a été condamné par une cour d’assises à 12 ans de réclusion criminelle pour des faits de "viols commis par un ascendant". L'homme a ainsi été reconnu coupable d'inceste sur l’un de ses enfants, mineur au moment des faits, a appris BFMTV.com de source judiciaire.

Concernant la procédure actuelle ouverte pour "meurtre sur conjoint", le mis en cause nie toute implication, rapporte la presse locale.

Article original publié sur BFMTV.com