Soupçons d'ingérence russe : perquisitions au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg

Le parquet fédéral belge a annoncé, mercredi, avoir mené des perquisitions aux bureaux du Parlement européen à Bruxelles et à Strasbourg, ainsi qu'au domicile d'un collaborateur parlementaire. Ces procédures s'inscrivent dans le cadre d'une enquête sur des soupçons d'ingérence russe et de corruption au sein de l'institution européenne.

À onze jours des élections européennes, des perquisitions ont été menées, mercredi 29 mai, au Parlement européen à Bruxelles et à Strasbourg dans le cadre d'une enquête de la justice belge sur des soupçons d'ingérence russe et de corruption, qui éclaboussent l'eurodéputé allemand d'extrême droite Maximilian Krah.

"La police judiciaire fédérale de Bruxelles (...) a procédé le 29 mai à des perquisitions au domicile d'un collaborateur du Parlement européen à Schaerbeek (commune du nord de Bruxelles) ainsi qu'à son bureau au Parlement européen de Bruxelles", a annoncé le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Une perquisition a aussi été menée dans le bureau de cet assistant au Parlement européen à Strasbourg, "en étroite collaboration avec Eurojust et les autorités judiciaires françaises", ajoute le parquet.

"Des indices prouvent que le collaborateur du Parlement européen en question a joué un rôle important dans cette affaire", a-t-on ajouté de même source.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Le parti d'extrême droite allemand AfD mis sur la touche au Parlement européen
Allemagne : l’AfD, porte d’entrée des espions chinois et russes ?
Soupçons d'ingérence russe en Europe : Guillaume Pradoura, un sulfureux assistant parlementaire