Soupçons d'ingérence russe en France : Emmanuel Macron "reprend une ligne plus dure", estime un spécialiste de la Russie

franceinfo

Le président français Emmanuel Macron a estimé samedi à Munich que la Russie "allait continuer à essayer de déstabiliser" les démocraties occidentales en s'ingérant dans leurs élections et en manipulant les réseaux sociaux. Invité de franceinfo, dimanche 16 février, Cyrille Bret, professeur à Sciences Po Paris et spécialiste de la Russie, estime qu'Emmanuel Macron "reprend une ligne plus dure", dans un esprit plus "transatlantique" vis-à-vis de Moscou. Il souligne aussi qu'en Russie, "les grands acteurs du hacking ne sont pas étatiques" et qu'"internet, c'est vraiment le nouveau champ de bataille idéologique et politique".

franceinfo : Comment interprétez-vous ces les déclarations d'Emmanuel Macron ? C'est de la vigilance, de la menace, un peu des deux ?

Cyrille Bret : C'est un signal envoyé à la Russie pour lui demander de limiter ses ingérences dans les processus électoraux en Europe et aux États-Unis. Emmanuel Macron, après l'esprit de Brégançon [où il avait invité le président Vladimir Poutine en août 2019], qui était plutôt celui d'un rapprochement avec la Russie, reprend une ligne plus dure, plus conforme à l'esprit de la conférence de Munich, qui est un esprit plus "otanien", plus (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi