Soupçons d'emploi fictif au Parlement européen : le tribunal de l'Union rejete la demande en référé de Marine Le Pen

franceinfo
Marine Le Pen : la justice française demande la levée de son immunité au Parlement européen

Le président du tribunal de l'Union européenne a rejeté jeudi 6 avril, la demande en référé déposée par Marine Le Pen, selon la Cour de justice de l'Union européenne. La candidate Front National comptait faire annuler la procédure en recouvrement lancée par le Parlement européen, après les

soupçons d'emploi fictif visant sa cheffe de cabinet.

Cette procédure de recouvrement a été lancée par le Parlement européen le 1er février, et vise à se faire rembourser les 298 400 euros versés comme salaire à la cheffe de cabinet de Marine le Pen pour un emploi présumé fictif. Pour obtenir ce remboursement, le Parlement a commencé de prélever, chaque mois, une partie du salaire de la députée européenne.

Jugement rendu fin 2017

Marine Le Pen a également lancé, mi-mars, une demande en référé pour une procédure similaire, lancée par le Parlement pour se faire rembourser les 41 500 euros de salaires versés cette fois à son garde du corps.

Dans ces deux cas, le jugement sur le fond ne devrait pas être rendu avant la fin de cette année. Le Parlement européen estime qu'il n'a pas à payer ces assistants, puisqu'ils auraient travaillé uniquement pour le Front national en France.

Le parquet de Paris, saisi par l'institution, a ouvert une enquête sur ces soupçons d'emplois fictifs des assistants Front national au Parlement européen.

Retrouvez cet article sur Francetv info

Une enquête ouverte pour "violation du secret professionnel" après la saisie de documents policiers au siège du FN
Une enquête ouverte pour "violation du secret professionnel" après la saisie de documents policiers au siège du FN
Une enquête ouverte pour "violation du secret professionnel" après la saisie de documents policiers au siège du FN
Une enquête ouverte pour "violation du secret professionnel" après la saisie de documents policiers au siège du FN
Soupçons d'emplois fictifs au FN : Marine Le Pen refuse de rembourser 41 500 euros

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages