Soupçonné de viols et d’agressions sexuelles, Jean-Luc Lahaye reste en prison

·1 min de lecture
Soupçonné de viol sur deux mineures, Jean-Luc Lahaye a vu a vu sa demande de remise en liberté être rejetée par la cour d'appel de Paris.
Soupçonné de viol sur deux mineures, Jean-Luc Lahaye a vu a vu sa demande de remise en liberté être rejetée par la cour d'appel de Paris.

La justice a rejeté le 18 novembre la demande de libération du chanteur Jean-Luc Lahaye, mis en examen notamment pour des soupçons de viols et d?agressions sexuelles sur deux mineures, a appris l?Agence France-Presse, jeudi 25 novembre, de source judiciaire, confirmant une information de BFMTV. La vedette des années 1980, âgée de 68 ans, est soupçonnée d?avoir agressé sexuellement deux adolescentes, alors âgées de 15 à 17 ans, à partir de 2013.

Il a été mis en examen le 5 novembre à Paris pour « viol, viol et agression sexuelle de mineurs de plus de 15 ans, corruption de mineur » et abus de faiblesse. Il est depuis placé en détention provisoire. Le 18 novembre, la chambre de l?instruction de la cour d?appel de Paris a rejeté sa demande de remise en liberté, selon la source judiciaire. Les jeunes filles, nées en 1998 et 2000, avaient porté plainte contre l?interprète de « Papa chanteur », puis s?étaient rétractées, avant de déposer une nouvelle plainte en début d?année, entraînant l?ouverture d?une enquête par le parquet.

« Je regrette cette décision, qui n?est cependant pas étonnante dans la mesure où elle est fondée sur un dossier dans lequel l?ensemble des investigations a été réalisé à charge », avait indiqué Me David Apelbaum, qui défend le chanteur avec Me Camilla Quendolo, au lendemain de la mise en examen et de l?incarcération de son client. « L?information judiciaire permettra de rétablir la vérité », avait-il ajouté.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles