Soupçonné d'avoir tiré sur des forces de l'ordre, un frère d'Adama Traoré mis en examen

Anthony Berthelier
Soupçonné d'avoir tiré sur des forces de l'ordre, un frère d'Adama Traoré mis en examen

FAITS DIVERS - Un frère d'Adama Traoré, Bagui Traoré, et sa compagne ont été mis en examen jeudi 2 mars à Pontoise, soupçonnés d'avoir tiré sur des gendarmes et des policiers lors des violences qui avaient suivi la mort du jeune homme lors de son arrestation en juillet.

Mis en examen pour tentatives d'assassinat sur personnes dépositaires de l'autorité publique, tous deux devaient être présentés dans la soirée à un juge des libertés et de la détention en vue d'un éventuel placement en détention provisoire, a ajouté Yassine Bouzrou.

Bagui Traoré, 26 ans, avait été extrait de la maison d'arrêt du Val-d'Oise, où il est incarcéré pour d'autres faits de violences, et placé en garde à vue mardi matin avec sa compagne et trois autres personnes, relâchées depuis. Trois armes longues avaient été saisies en perquisition. "La compagne de Bagui Traoré a été interpellée, séparée de son enfant, puis entendue menottée et ce, contrairement à la loi et aux usages en la matière", a protesté Yassine Bouzrou.

"Un acharnement"

Sa sœur et sa mère ont également été entendues, la famille Traoré dénonçant "un acharnement du tribunal de Pontoise", a ajouté l'avocat. Il demande le dessaisissement des juges d'instruction de Pontoise, à l'instar du dépaysement à Paris ordonné dans l'enquête sur la mort d'Adama Traoré.

Après la mort du jeune homme le 19 juillet, des violences avaient éclaté à Beaumont-sur-Oise (Val d'Oise), d'où il était originaire, et dans les communes voisines: tirs d'armes à feu et de mortiers artisanaux, véhicules incendiés, bâtiments publics pris pour cible.

Selon les autorités, une soixantaine de coups de feu avaient été tirés pendant ces cinq nuits, 13 policiers et gendarmes avaient été blessés. Une information judiciaire avait été ouverte pour "tentatives d'assassinat et dégradation par moyens dangereux", et l'enquête confiée à la section de recherches de Versailles.

En décembre, Bagui Traoré a été condamné à huit mois de prison ferme pour outrages et...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages