Soumaïla Cissé, le président que le Mali n'aura jamais eu

Par Lamine Savane* pour Theconversation.com
·1 min de lecture
Soumaïla Cissé, ici pendant sa campagne électorale en vue de la présidentielle de 2018, est décédé le 25 décembre 2020 à l'âge de 71 ans. 
Soumaïla Cissé, ici pendant sa campagne électorale en vue de la présidentielle de 2018, est décédé le 25 décembre 2020 à l'âge de 71 ans.

L'année 2020 restera comme l'une des plus sombres pour l'élite politique malienne. Après les décès du général Moussa Traoré le 15 septembre, puis celui d'Amadou Toumani Touré (ATT) le 10 novembre, c'est un autre mastodonte de la scène politique, Soumaïla Cissé, chef de file de l'opposition malienne, qui a rendu l'âme, des suites du Covid-19, le 25 décembre 2020 à Paris.

Lire aussi Mali : l'opposant Soumaïla Cissé est décédé du Covid-19

Pendant une trentaine d'années, il aura marqué la vie politique malienne par sa présence discontinue au deuxième tour des élections présidentielles. Trois fois finaliste malheureux (en 2002 contre Amadou Toumani Touré, en 2013 et 2018 contre Ibrahim Boubacar Keïta), il était considéré par presque tous les analystes politiques comme le favori des prochaines échéances électorales post-transitions, qui doivent en principe durer dix-huit mois. C'est donc dire à quel point sa mort brutale a provoqué l'émoi à la fois dans sa famille politique mais aussi au-delà, en raison de sa stature d'homme d'État. En effet, même s'il avait fortement contesté la réélection du président Ibrahim Boubacar Keïta en 2018, il est toujours resté républicain et légaliste, ne voulant jamais être l'homme qui mettra le feu au Mali par la rue.

Fraîchement libéré le 8 octobre après six mois de captivité aux mains des djihadistes du Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) dirigé par Iyad Ag Ghali, ancien rebelle touareg, conseiller à la présidence d [...] Lire la suite