Le soulagement des passagers de l'« Ocean Viking » après leur débarquement

Les passagers de  l'« Ocean Viking » viennent pour certains de pays en guerre.  - Credit:CHRISTOPHE SIMON / AFP
Les passagers de l'« Ocean Viking » viennent pour certains de pays en guerre. - Credit:CHRISTOPHE SIMON / AFP

La fin d'un « calvaire ». Quelques heures après l'arrivée du bateau ambulance opérant au large de la Libye, Ocean Viking, dans le port de Toulon, les associations humanitaires lâchent un cri de soulagement. « C'est la fin d'un calvaire », s'est ainsi exclamée Laurence Bondard de SOS Méditerranée à l'Agence France-Presse (AFP).

« Tout ce que je voulais, c'était quitter la Libye, l'enfer », a également confié Ibrahim, un Gambien de 17 ans, en montrant les traces de sévices endurés là-bas à une équipe de l'AFP, un des rares médias autorisés à se rendre au centre d'hébergement. Le jeune homme desserre les lèvres et dévoile la dent qui lui manque. Stigmates des sévices endurés et laissés « pour toujours » derrière lui en Libye, depuis qu'il a débarqué dans le sud de la France : « un rêve » inattendu.

« Tout ce que je voulais, c'était quitter la Libye, l'enfer »

Ibrahim fait partie des premiers rescapés à être descendus du bateau de l'ONG SOS Méditerranée. Comme les 229 autres migrants à bord, il a été transféré dans un village vacances de la presqu'île de Giens, à Hyères. Le centre, situé au bout de la presqu'île encadrée de pins et baignée de soleil en ce vendredi après-midi, appartient à une structure sociale. Mais pour ces rescapés, c'est une « zone d'attente internationale » créée spécialement pour qu'ils ne soient pas considérés comme étant en France et dont il leur est interdit de sortir avant une première évaluation de leur demande d'asile.

Ibrahim n'en a q [...] Lire la suite