"Soulagés de se débarrasser" des pétoires et revolvers dont ils ont hérité, des Français ont déjà rendu leurs armes

B. Colin / 20 Minutes

OPÉRATION - À compter de ce vendredi et jusqu’au 2 décembre, les Français qui ont des armes chez eux non déclarées peuvent les abandonner facilement ou régulariser leur détention sans risque de poursuites judiciaires.

De vieux fusils de chasse, des pistolets espagnols « Guernica » du début du siècle dernier et même un harpon. Dans un garage du commissariat de police de Blagnac, au nord de Toulouse, un véritable arsenal jonche le sol ce vendredi, en début d’après-midi. Alors que l’opération « d’abandon simplifié d’armes » mise en place par le ministère de l’Intérieur a débuté le matin même, des dizaines de carabines et revolvers s’entassent déjà dans cet « armodrome », l’un des 300 déployés sur le territoire national dans le cadre de cette campagne inédite.

A compter de ce vendredi et jusqu’au 25 novembre, les particuliers ont en effet la possibilité de venir déposer le vieux fusil hérité de pépé dont ils veulent se débarrasser. Ou s’ils préfèrent le conserver à la maison en souvenir de leurs aïeux, ils ont aussi la possibilité de régulariser leur situation « sans risque de poursuites judiciaires ».

« Je me suis dit que c’était l’occasion ou jamais »

Quand la mère de Jean-Pierre a entendu parler de ce dispositif éphémère par la presse, il y a quinze jours, elle a appelé son fils pour lui demander de se défaire « de l’arme de mon grand-père qui se trouvait dans le grenier ». « Ce fusil(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Cybercriminalité : Une opération internationale permet de démanteler un site utilisé à grande échelle par des escrocs
Sécurité : « Nous allons doubler les effectifs de forces de l’ordre dans les transports », annonce Gérald Darmanin
L’Assemblée vote largement en faveur de crédits supplémentaires pour la sécurité

VIDÉO - Les États-Unis accentuent le contrôle des armes à feu