Soudan du Sud: un pays ravagé par la guerre civile

1 / 2
Des civils sud-soudanais réfugiés dans un camp de l'ONU, le 1er février 2020 à Wau

Juba (AFP) - Le Soudan du Sud, indépendant depuis 2011, est l'un des pays les plus pauvres malgré ses richesses pétrolières, avec une économie ruinée par six années de guerre civile qui ont généré une grave crise humanitaire.

- Plus jeune État au monde -

Le 9 janvier 2005, le Nord et le Sud du Soudan signent un accord de paix, après des décennies de guerre civile entre rebelles sudistes et Khartoum (1959-1972 et 1983-2005), qui ont provoqué des millions de morts.

Le 9 juillet 2011, le Soudan du Sud proclame son indépendance, six mois après avoir voté par référendum sa sécession.

Cet État enclavé est frontalier du Soudan, de l’Éthiopie, du Kenya, de l'Ouganda, de la République démocratique du Congo et de la Centrafrique.

Avec une superficie de 589.745 km2, le pays, dont la capitale est Juba, représente presque un quart de l'ancien Soudan. Nord et Sud se disputent toujours la province riche en pétrole d'Abyei.

Contrairement au Nord musulman, le Sud est essentiellement chrétien et animiste.

- Guerre civile -

Le 15 décembre 2013, d'intenses combats opposent des factions rivales de l'armée à Juba. Le président Kiir, de l'ethnie dinka, accuse de tentative de coup d’État son ancien vice-président, Riek Machar, de l'ethnie nuer, limogé en juillet.

Celui-ci nie toute tentative de putsch, puis appelle l'armée à renverser Salva Kiir, l'accusant de vouloir "allumer une guerre ethnique".

Les combats et massacres entre Dinka et Nuer s'étendent dans le pays.

Après un accord de paix signé en 2015, M. Machar redevient pour quelques semaines vice-président en 2016. Mais il doit s'exiler après des combats à Juba en juillet.

Un nouvel accord de paix intervient en septembre 2018 qui prévoit la formation d'un gouvernement d'union nationale.

La guerre civile, marquée par des atrocités et le recours au viol comme arme de guerre, a fait plus de 380.000 morts, pour moitié dus aux maladies et au manque d'accès aux soins.

- Pauvreté et crise humanitaire -

Près de 82% des 11 millions d'habitants vivent sous le seuil de pauvreté (Banque mondiale 2018), et le pays se classe au 186ème rang sur 189 de l'indicateur de développement humain du Pnud.

Chassés par la guerre civile, plus de quatre millions de personnes ont fui leur foyer, dont 2,2 millions sont réfugiés ou demandeurs d'asile dans les pays voisins, selon le Haut-commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Mi-février, les essaims de criquets qui dévastent les cultures en Afrique de l'Est sont arrivés au Soudan du Sud, dont 60% de la population est déjà menacée par la faim, sous l'effet combiné de la guerre, de la sécheresse et d'inondations.

- Économie dépendante du pétrole -

Le Sud a hérité à l'indépendance des trois quarts des réserves pétrolières du Soudan, mais reste tributaire des infrastructures du Nord pour ses exportations.

Le pétrole représente la quasi-totalité de ses exportations et plus de 40% du PNB, selon la Banque mondiale.

L'économie a pâti d'une baisse des cours de l'or noir et d'infrastructures endommagées par la guerre.

La croissance du PIB est estimée à 3,2% lors de l'année budgétaire 2018/2019, après une contraction de 3,5% l'année précédente, tandis que l'inflation a été divisée par deux à environ 60%.

C'est l'un des pays les plus affectés par la corruption selon Transparency International (178ème sur 180).

- Marais et savane -

Le Soudan du sud abrite une faune variée (antilopes, éléphants, girafes, lions...), malmenée par la guerre civile et le braconnage, mais qui pourrait permettre un essor du tourisme après le conflit.

Le pays abrite le plus grand écosystème de savane d'Afrique de l'Est qui favorise une importante migration saisonnière.

Le Sud, plus grande zone marécageuse du monde, héberge d'innombrables oiseaux et d'immenses étendues de papyrus et plantes aquatiques.