Soudan du Sud: l'État du Jonglei en proie à des tensions après l'éviction de son gouverneur

L'État du Jonglei est en proie à des tensions après l'éviction de son gouverneur Denay Chagor par le président du Soudan du Sud Salva Kiir. Démi de ses fonctions au profit d'un de ses rivaux au sein de la South Sudan Opposition Alliance, l'ex-gouverneur conteste cette décision.

Avec notre correspondant à Juba, Florence Miettaux

Au Soudan du Sud, la perspective des élections, qui devraient se tenir en décembre cette année, semble attiser les rivalités et les manœuvres au sein de la classe politique. L’accord de paix de 2018 a permis un partage du pouvoir entre les différents camps en conflit depuis le début de la guerre civile en 2013.

Le gouvernement actuel, au niveau national comme régional et local, est le fruit d’une répartition des postes entre les différents partis : ceux du président Salva Kiir et du vice-président Riek Machar, mais pas que. D’autres forces politiques se sont jointes au processus de paix, c’est le cas de SSOA, la South Sudan Opposition Alliance, une coalition de huit partis d’opposition, qui a obtenu notamment le poste de gouverneur de l’État du Jonglei. C’est Denay Chagor, une figure de l’opposition qui fait parler de lui ces derniers jours, alors qu'il occupait ce poste depuis 2020. Démi de ses fonctions mercredi 29 mai par le président Salva Kiir, il rejette cette décision.

Lutte d'influence


Lire la suite sur RFI