Soudan : les putschistes font neuf nouvelles victimes

Des manifestants anti-coup d'État soudanais dans les rues de Khartoum. Le 30 juin 2022.
Des manifestants anti-coup d'État soudanais dans les rues de Khartoum. Le 30 juin 2022.

Son sanglot transperce la foule massée devant l'hôpital Ajwada de Khartoum. Un jeune homme d'une vingtaine d'années s'effondre, la tête entre les genoux, incapable d'accepter le décès de son ami. Il est l'un des neuf « martyrs » abattus par les balles, les bombes lacrymogènes, les coups de couteau et autres actes de torture perpétrés par les forces de l'ordre soudanaises ce 30 juin.

Cette date était déjà historique pour avoir marqué le début de la dictature d'Omar el-Béchir en 1989. Puis, pour avoir accueilli, trente ans plus tard, des manifestations monstres forçant les généraux ayant succédé au dictateur déchu à reprendre le dialogue avec les civils. Ce 30 juin 2022 restera, lui, gravé dans la mémoire des Soudanais comme l'une des journées les plus meurtrières depuis le putsch du 25 octobre. Le bilan tenu depuis par le Comité des médecins soudanais atteint désormais 113 morts.

Des appels à la communauté internationale

Vers 16 heures, ce jeudi, les dizaines de milliers de Soudanais rassemblés en direction du palais présidentiel – l'un des nombreux cortèges organisés à travers le pays – commencent à rebrousser chemin. L'avalanche de gaz lacrymogènes rend l'air irrespirable, brouille la vue et brûle la peau. Beaucoup de manifestants aguerris sont pourtant parés de masques leur couvrant intégralement le visage.

« Je suis déçue. Je m'attendais à un vrai changement aujourd'hui mais c'est toujours la même chose. Quelques-uns vont mourir et on va rentrer chez nous [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles