Soudan: la présence du général al-Burhan aux funérailles d'Elizabeth II passe mal

Le président du Conseil souverain du Soudan, le général Abdel Fattah al-Burhan, était présent parmi les centaines de dignitaires du monde entier ayant fait le déplacement pour les funérailles d'Elizabeth II. Il est le chef de la junte soudanaise qui a mené, il y a près d’un an, un coup d’État évinçant du pouvoir les représentants civils de la transition amorcée à la chute d’Omar el-Béchir. Contrairement à son prédécesseur, persona non grata à Londres pendant 30 ans, le général al-Burhan a foulé la nef de l’abbaye de Westminster.

Avec notre correspondant à Khartoum, Eliott Brachet

Selon l’agence de presse officielle Suna, le déplacement à Londres du général al-Burhan était justifié par les « liens forts qui unissent le Soudan au Royaume-Uni, profondément ancrés dans l’histoire ». De nombreux Soudanais ne l’entendent pas de cette oreille et dénoncent l’hypocrisie du chef de la junte militaire. Lui-même qui, dans un discours enflammé prononcé la veille de la mort de la reine Elizabeth, avait fustigé le Royaume-Uni pour des crimes commis lors de la colonisation. Emboîtant le pas d’Omar al-Bachir avant lui, le général al-Burhan avait demandé des excuses publiques au Royaume-Uni et dénoncé des crimes assimilables selon lui « à un génocide et un nettoyage ethnique ».

Une normalisation pas acceptée par les manifestants

Isolé sur la scène internationale, le général al-Burhan se voit ainsi l’occasion de se présenter comme un homme d’État. Selon le Sudan Tribune, le général al-Burhan devrait également se rendre dans la foulée à New York où il devrait prononcer, jeudi prochain, un discours au nom du Soudan devant l’Assemblée générale des Nations unies.


Lire la suite sur RFI