Soudan: le Parti communiste remet les rébellions du Darfour et du Kordofan dans le jeu politique

Au Soudan, le Parti communiste a annoncé lundi la signature d'un texte commun avec les rébellions du Kordofan et du Darfour, qui a valu à ses dirigeants d'être brièvement détenus à leur retour à Khartoum la semaine dernière.

C'est la première fois que les deux mouvements rebelles, après avoir signé un accord de paix après la révolution de 2019, reviennent dans le jeu politique depuis le coup d'État du 25 octobre.

La « justice », la « liberté », « l'égalité », le « traitement des causes des rébellions » et non plus seulement l'intégration de leurs combattants dans la vie légale : les grandes lignes de la plateforme signée entre le Parti communiste, le Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord d'Abdelaziz al-Hilu et le Mouvement de libération du Soudan d'Abdelwahid al-Nur sont certes des principes généraux.

Mais le fait qu'un texte commun ait été signé ajoute deux acteurs de poids à l'opposition à la junte militaire du général Abdelfatah al-Burhane. Car le Parti communiste soudanais joue un rôle important dans la mobilisation populaire. Il a été de toutes les luttes depuis le soulèvement de 2019 ayant fait chuter le régime d'Omar el-Béchir. Après avoir dans un premier temps fait partie des Forces de la liberté et du changement, il a quitté cette coalition de l'opposition civile, sans pourtant rompre avec leurs objectifs communs.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles