Soudan: Omar el-Béchir condamné à 2 ans de détention en centre spécialisé

Au Soudan, l'ancien président Omar el-Béchir a été condamné à deux ans de détention en centre correctionnel pour personnes âgées pour corruption, quelques mois après sa destitution par l'armée sous la pression de la rue.

Omar el-Béchir, 75 ans, destitué le 11 avril après 30 ans de pouvoir, était jugé par un « tribunal spécial » depuis le mois d'août pour fonds perçus de l'Arabie saoudite. L'ancien président soudanais a finalement été condamné à deux ans de détention ce 14 décembre 2019. Il sera placé dans un centre correctionnel pour personnes âgées, car selon la loi soudanaise, toute personne âgée de plus de 70 ans ne peut être détenu en prison.

À l'extérieur du tribunal, plusieurs dizaines de partisans de l'ex-président on manifesté leur mécontentement en scandant : « Il n'y a de dieu que Dieu ». L'ex-président fera appel de ce verdict « devant la cour d'appel et devant la haute cour », a dit à la presse à la sortie du tribunal un avocat, Ahmed Ibrahim, affirmant toutefois ne « pas avoir confiance dans le système judiciaire soudanais ». Le juge a également prononcé la confiscation des fonds retrouvés au domicile d'Omar el-Béchir après son arrestation.

« C'est un procès politique », a répété à la presse Mohamed al-Hassan, un autre avocat, qui a notamment assuré que l'argent n'avait pas été utilisé à des fins personnelles mais sous forme de dons. Selon un témoin au procès, l'ex-président aurait ainsi donné quelque cinq millions d'euros au groupe paramilitaire des Forces de soutien rapide (RSF). Si l'ancien chef d'État a reconnu avoir perçu un total de 90 millions de dollars de la part de dirigeants saoudiens, le procès ne concerne que 25 millions de dollars reçus, peu avant sa chute, du prince héritier Mohammed ben Salmane.

Extradition ?

Ce premier procès n'a pas évoqué les lourdes accusations portées contre Omar el-Béchir par la Cour pénale internationale (CPI), qui a émis contre lui deux mandats d'arrêt pour « crimes de guerre », « crimes contre l'humanité » et « génocide » au Darfour. Cette province occidentale soudanaise a été le théâtre d'une guerre entre rebelles et forces progouvernementales qui a fait 300 000 morts et 2,5 millions de déplacés, selon l'ONU.

À ce jour, le gouvernement soudanais de transition n'a pas autorisé l'extradition de l'ex-dirigeant à La Haye où siège la CPI. Si le Soudan n'a pas ratifié le traité fondateur de la CPI, le pays a l'obligation juridique d'arrêter Omar el-Béchir. Car l'enquête sur les crimes au Darfour a été effectuée sous mandat de l'ONU, dont le Soudan est membre. Les Forces pour la liberté et le changement (FFC), qui ont mené la contestation contre M. Béchir, ont dit n'avoir aucune objection à une extradition.

En plus de l'affaire de corruption et les accusations devant la CPI, Omar el-Béchir pourrait devoir répondre d'autres crimes présumés devant la justice de son pays. Le 12 novembre, les autorités soudanaises ont émis un nouveau mandat d'arrêt à son encontre pour son rôle dans le coup d'État de 1989, sur lequel une commission spéciale du parquet enquête. Selon le procureur général, Omar el-Béchir est aussi mis en cause pour des meurtres commis lors des manifestations ayant conduit à son éviction. À ce jour, il n'a pas eu à répondre de ces accusations.

(avec AFP)

► À lire aussi : Soudan: le jour où le président Omar el-Béchir a été destitué par l'armée