Soudan: l'UA dénonce des discussions «malhonnêtes» dans le cadre du dialogue tripartite

Rien ne va plus entre diplomates à Khartoum. Mardi 21 juin, l'ambassadeur de l'Union africaine et le gouverneur du Darfour, un allié de la junte au pouvoir depuis le coup d'État du 25 octobre, ont violemment dénoncé les discussions parallèles visant à faire dialoguer les militaires et l'opposition civile, qui continue de refuser tout partage du pouvoir et toute négociation avec les putschistes.

Mardi soir, l'ambassadeur de l'Union africaine, Mohamed Belaïche, n'a pas mâché ses mots. Au cours d'un point de presse de dernière minute, il annonce rien de moins que son « retrait » du dialogue tripartite initié avec l'ONU et l'organisation régionale Igad. « L'Union africaine ne peut pas poursuivre ces discussions malhonnêtes, opaques, qui écartent des participants ou les traitent de façon injuste », dit-il. Un retrait « de certaines activités » seulement, a toutefois précisé l'ambassadeur dans la matinée.

« Malhonnêtes », « opaques »... Pourquoi de telles déclarations ? Un élément de réponse a été donné hier soir au même endroit, devant les mêmes micros, par Minni Minnawi, le gouverneur du Darfour et chef d'un ancien groupe rebelle désormais allié à la junte militaire, que l'ambassadeur de l'Union africaine venait de rencontrer.

À lire aussi : Soudan : le « dialogue national » face au refus de l'opposition de transiger avec les militaires


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles