Publicité

Soudan : l'armée et les forces paramilitaires s'accordent sur une trêve de sept jours

À l'issue d'un entretien téléphonique avec le président sud-soudanais Salva Kiir, jouant le rôle de médiateur, l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et la force paramilitaire du général Mohamed Hamdane Daglo ont consenti à la mise en place une trêve de sept jours. Les deux parties ont « convenu du principe d'une trêve du 4 au 11 mai », a déclaré mardi le ministère sud-soudanais des Affaires étrangères dans un communiqué. Elles ont aussi « donné leur accord [...] pour nommer des représentants pour des négociations de paix qui doivent se tenir dans le lieu de leur choix », indique le même document. Depuis l'éclatement du conflit le 15 avril dernier, aucune trêve n'a encore été respectée par les belligérants.

Plus tôt dans la journée de mardi, des témoins ont fait état de nouvelles frappes aériennes dans les villes d'Omdurman et de Bahri, toutes deux situées sur la rive opposée du Nil par rapport à Khartoum, la capitale, où des échanges de tirs ont également été rapportés. Le conflit s'est également étendu à l'ouest, au Darfour.

À lire aussi Soudan : l'ONU s'inquiète d'une « situation sans précédent » après la reprise des combats malgré la trêve

Des conditions déplorables pour ceux qui restent

Les combats, qui en sont à leur troisième semaine, ont entraîné la mort de centaines de civils, blessé des milliers d'autres et provoqué une crise humanitaire. Plus de 330 000 personnes ont été déplacées et 100 000 autres sont parties vers les pays voisins, selon l'ONU. ...


Lire la suite sur LeJDD