Soudan: l’opposition voit dans la proposition du général al-Burhan une tentative de diversion

© Monicah Mwangi / Reuters

Sans surprise, les forces politiques soudanaises ont rejeté ce mardi 5 juillet la proposition du chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhan, qui avait annoncé la veille ouvrir la voie aux forces civiles pour former un gouvernement, au terme d'un processus de dialogue auquel l'armée ne participerait pas.

Réunies une bonne partie de la nuit et de la matinée, les Forces de la liberté et du changement ont fini par réagir mardi après-midi aux annonces du chef de l'armée. Pour elles, il s'agit d'un non-événement. Pire, « d’une trahison », selon un cadre de la coalition, une diversion « tendant à faire croire que l'armée rentre dans ses casernes », selon un autre.

La coordination des Comités de résistance de la capitale a pour sa part publié un communiqué virulent et menaçant contre le général et ses alliés, leur promettant de les traduire en justice. Le Parti communiste n'a pas officiellement réagi, mais un responsable a fait savoir qu'il ne prenait pas les annonces au sérieux.

Plusieurs observateurs ont d'ailleurs souligné l'ambiguïté de l'allocution du général, promettant par exemple la création d'un « Conseil militaire suprême », qui serait en charge de la défense nationale, mais aussi de la Banque centrale et de la diplomatie.

L'opposition civile, unanimement, a donc appelé les Soudanais à maintenir la pression sur les putschistes. Notamment à travers des sit-in, qui se sont reformés dans la capitale, après avoir été dispersés par la violence dans la nuit. Cela aussi avec des grèves qui ont commencé ce mardi, particulièrement chez les enseignants et les médecins.

Une position de méfiance et un appel qu'a suivi Asmaa Muhammad Al-Amin. Selon cette porte-parole du comité de résistance al-Kalakla al-Quteia à Khartoum, les soudanais ne veulent ni de l'armée ni d'Abdel Fattah al-Burhan au pouvoir.

Pour la chercheuse Kholood Khair, directrice de l'institut Confluence Advisory, « l'annonce du général était destinée à donner l'impression que les militaires étaient prêts à transférer le pouvoir aux civils », mais Abdel Fattah al-Burhan aurait pu continuer à gouverner le Soudan depuis le « Conseil de sécurité et de défense » aux « pouvoirs illimités et mal définis ».

Parallèlement, le général Abdel Fattah al-Burhan se trouvait à Nairobi ce mardi pour un sommet extraordinaire de l'organisation régionale Igad, où il a notamment rencontré le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed. L'Éthiopie et le Soudan sont à couteaux tirés depuis des mois sur la question du triangle d'El-Fashaga, un territoire disputé à la frontière entre les deux pays.

À lire aussi : Répression des manifestants au Soudan: l’environnement régional «plutôt en faveur des militaires»