Soudan : deux ans après la révolution, la population est en proie à de graves difficultés

Le 11 avril 2019, après quatre mois de manifestations populaires, le président soudanais Omar el-Bechir a été renversé par un coup d'État militaire. Depuis, l'armée a accepté de partager le pouvoir avec un gouvernement civil. Les libertés publiques ont été réinstaurées et le pays a même été rayé par Washington de la liste des États qui soutiennent le terrorisme. La transition n'est cependant pas aussi simple qu'espéré. Une nouvelle révolution redoutée Le peuple soudanais doit en effet faire face à une crise économique, qui s'accompagne d'une forte dévaluation de sa monnaie, d'une flambée des prix des produits de première nécessité et de manifestations contre la vie chère. Les autorités redoutent une nouvelle révolution. Si le gouvernement civil donne de l'espoir à une certaine frange de la population, la crise du Covid-19 souligne les difficultés auxquelles le Soudan doit faire face, telles que le manque de nourriture ou d'eau.