Manifestants anti-Béchir à Khartoum et Omdurman au Soudan

KHARTOUM (Reuters) - Les forces de police soudanaises ont tiré des gaz lacrymogènes contre des centaines de manifestants mardi dans le nord d'Omdurman, grande ville qui jouxte la capitale Khartoum, où les protestataires bloquaient deux artères avec des pneus en flammes et scandaient des slogans hostiles au régime, a constaté un journaliste de Reuters.

A Khartoum-Nord, des centaines d'autres manifestants ont bloqué une artère principale de Hadj Youssef, l'un des quartiers les plus populeux, et ils ont essuyé là-aussi des jets de gaz lacrymogènes des forces de sécurité, selon des témoins.

Les participants ont scandé "Combien coûte le sang d'un martyr?" et réclamé la démission du président Omar el Béchir.

Le mouvement de protestation, qui a débuté le 19 décembre après le triplement du prix du pain, a gagné différentes parties du pays et s'est transformé en contestation du régime de Béchir, au pouvoir depuis 1989. Le bilan officiel fait état de 24 morts dans les troubles depuis un mois mais certains défenseurs des droits de l'homme et ONG parlent d'au moins 40 tués.


(Khalid Abdelaziz; Eric Faye pour le service français)